Des dizaines de millions de DH d’aides exceptionnelles disparus dans la nature

Le grand emprunt national, prévu au second semestre 2021, devrait atteindre 5 milliards de dirhams. . DR

Revue de presseKiosque360. Le chef du gouvernement a ordonné un audit concernant tous les projets programmés et non encore réalisés. Les projets en question ont déjà fait l’objet de rapports d’inspection, notamment de la Cour des comptes.

Le 03/08/2018 à 15h42

Des audits et des missions d’inspection ont été lancés au niveau des différents départements ministériels pour enquêter sur le devenir de rallonges budgétaires concédées à certains secteurs sociaux pour améliorer le niveau des services rendus aux citoyens. Selon le quotidien Assabah qui rapporte l’information dans sa livraison du jeudi 2 août, les ministères de l’Education nationale et de la Santé figurent à la tête des départements visés par ces audits.

D’une manière globale, explique le journal, le chef du gouvernement a ordonné un audit de tous les projets restés lettre morte depuis leur annonce et ayant fait, au passage, l’objet de différents rapports d’inspection. Ainsi, les départements ministériels concernés par ces rapports, notamment ceux de la Cour des comptes, ont mobilisé leurs services centraux et extérieurs pour plancher sur la situation de ces projets avant la grande période de reddition des comptes, prévue en octobre prochain, souligne le journal. 

C’est en ce sens que le ministre de l’Education nationale vient de réclamer des explications aux services de son ministère sur des aides accordées aux différentes facultés pour mener des projets structurants qui n’ont toujours pas vu le jour. Entre autres exemples, le ministre a envoyé une demande d’explication à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales, à Casablanca, sur le devenir d’un projet auquel le ministère a consacré un budget de 9 millions de DH au titre de l’année universitaire écoulée.

Selon Assabah, le même établissement devait, par ailleurs, réaliser deux amphithéâtres, d’une capacité de 700 places, et dont les travaux de construction se sont arrêtés aux fondations, depuis 2014. Des salles d’études sont également prévues dans ce projet, pour accueillir 600 places, mais qui n’ont jamais été réalisées.

Par ailleurs, souligne le journal, l’Exécutif tente de désamorcer une crise qui s’annonce déjà au sein des universités, en accélérant le processus d’adoption, jeudi dernier, du décret n° 2.18.512. Le décret en question fixe les conditions et modalités de versement des bourses d'études et de placement des fonds dédiés à ces bourses à la disposition de l'Office national des œuvres universitaires, sociales et culturelles. Ce texte s'inscrit dans le cadre du renforcement du soutien social apporté aux étudiants, notes Assabah. Il a pour objectif, entre autres, de rationaliser les ressources financières affectées aux bourses d’études et de garantir l’égalité des chances entre l'ensemble des candidats.

Par Amyne Asmlal
Le 03/08/2018 à 15h42