Centrafrique: pendant que les casques bleus meurent, le groupe français Castel finance les rebelles

Vue aérienne de l'usine de Sucaf-Centrafrique, filiale du groupe Castel. . DR

Alors que les casques bleus, notamment marocains, paient un lourd tribut à la guerre en Centrafrique, certains groupes internationaux continuent de profiter de la situation et vont jusqu'à financer les rebelles pour continuer leur business tranquillement. Le français Castel est pointé du doigt.

Le 18/08/2021 à 08h17