Vidéo. Projet de loi de finances rectificative: voici l'avis du Centre marocain de conjoncture

Tarik El Malki du Centre marocain de conjoncture.  . Le360

Le 01/07/2020 à 14h30

VidéoLe Centre marocain de conjoncture, par la voix de son économiste Tarik El Malki, a dressé un tableau sombre de la situation économique liée à la crise du Covid-19 en appelant l'Exécutif à mettre en place une loi de finances rectificative permettant de soutenir la demande de la classe moyenne.

Tarik El Malki s'est d'abord arrêté sur l'impact de la crise sur l'économie qui connaîtra en 2020 "une récession de 5% du PIB, une baisse des exportations (elle a atteint -60% lors du 1er trimestre), une réduction des ventes dans les secteurs de l'automobile et l'aéronautique ainsi qu'une aggravation du chômage". Selon l'économiste, quelque "deux millions d'emplois" issus des secteurs formel et informel devraient disparaître d'ici la fin 2020.

"Cette crise", a-t-il affirmé, "nous a également permis de mettre en lumière deux failles structurelles dont souffre le Maroc". Selon lui, il s'agit "des personnes précarisées (soit 60% de la population) et de la fragilité du secteur de la santé".

Le projet de loi de finances rectificative de 2020 doit "marquer une rupture", a-t-il expliqué, avec "l'orthodoxie budgétaire" et "l'intégration des mesures de soutien au pouvoir d'achat des ménages à travers un renflouement du Fonds anti-Covid-19" .

"Il faut aussi", d'après cet économiste, "une loi de finances qui incorpore des mesures de protection sociale généralisée avec la mise en place d'un impôt sur l'héritage, un impôt sur le patrimoine, ainsi que de nouveaux instruments de financement comme la création d'un Fonds public des investissements à caractère régional".

Par Mohamed Chakir Alaoui et Yassine Benmini
Le 01/07/2020 à 14h30