Révision de l'IR: le détail de la nouvelle offre du gouvernement

Réunion du Conseil de gouvernement, le 8 septembre 2022 à Rabat.  . DR

Revue de presseKiosque360. Une nouvelle offre a été déclinée par le gouvernement lors d’une réunion tenue ce lundi 17 octobre avec les syndicats. Elle coûterait quelque 2 milliards de dirhams au budget de l’Etat et près de 6% des recettes de l’IR sur les salaires. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien L’Economiste.

Le 17/10/2022 à 22h23

Après un premier bras de fer avec les syndicats, le gouvernement revient à la charge et fait une nouvelle proposition quant à la tant attendue réforme de l’impôt sur le revenu (IR). Cette offre a été présentée par le gouvernement lors d’une réunion tenue ce lundi 17 octobre.

Dans son édition du 18 octobre, le quotidien L’Economiste souligne que la dite offre combine , «une hausse des déductions au titre des frais professionnels, l’augmentation des abattements pour les retraités et l’exonération de l’IR pour les primo-emplois». Le coût de cet «effort» est de 2 milliards de dirhams, représentant 6% des recettes de l’IR sur les salaires.

Dans les détails, l’Exécutif maintient la hausse à 25% du taux de déduction au titre des frais professionnels pour les salariés du privé et du public tout en relevant le plafond de 30.000 dirhams comme proposé initialement à 35.000 dirhams. «Une mesure qui se traduira par l’élargissement de la catégorie des salariés exonérés de l’IR», lit-on. Celle-ci passera de 53% à 57,8%. Les gains restent minimes: comptez entre 25 dirhams pour les salaires bruts de 5.000 dirhams à 187 dirhams pour les contribuables qui gagnent 10.000 dirhams.

En agissant de la sorte, le gouvernement cible les salaires moyens. La mesure est là encore jugée insuffisante par les syndicats. Une position officielle de ces derniers se fera connaître après des réunions de leurs instances centrales.

En attendant, le gouvernement propose également de proroger l’exonération de l’IR pour les primo-emplois de trois ans supplémentaires. «La mesure devait prendre fin au 31 décembre 2022. Sa prorogation devrait encourager les recrutements surtout pour les personnes qui ne comptent aucune expérience professionnelle».

Dans le cas des retraites, l’Exécutif entend porter à 70% l’abattement fiscal pour les revenus annuels inférieurs à 168.000 dirhams et de maintenir le taux de 40% au-delà. «Ce qui devrait augmenter la part des retraités exonérés de l’IR à 88,7% contre 86 actuellement», indique L’Economiste. Le montant des gains sera néanmoins plafonné à 532 dirhams par mois.

Par Nabil Ouzzane
Le 17/10/2022 à 22h23