Lancement de la station de dessalement de Chtouka

Le ministre de l'Agriculture, Mohammed Sadiki, s'enquiert de l’état d’avancement de la station de dessalement de Chtouka-Aït Baha, jeudi 28 janvier 2022.  . MAP

Revue de presseKiosque360. D’un coût global de 4,4 milliards de dirhams, la station de dessalement de Chtouka est aujourd'hui opérationnelle. Elle permettra d’alimenter en eau potable le Grand Agadir. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien Aujourd’hui le Maroc.

Le 30/01/2022 à 19h32

Après la visite, jeudi, de Mohammed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, la station de dessalement de Chtouka a été lancée samedi 29 janvier. Doté d’une enveloppe de 4,4 milliards de dirhams, ce projet de partenariat public-privé est le fruit de la mutualisation des efforts et des moyens entre le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts et l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), rapporte Aujourd’hui le Maroc dans son édition de ce 31 janvier.

Dans le détail, ledit projet vise la sécurisation de l’irrigation de 15.000 ha dans la plaine de Chtouka, au profit de 1.500 exploitations agricoles. A terme, il est question d’alimenter 400.000 m3/jour d’eau dessalée partagée équitablement entre l’eau potable et l’eau d’irrigation, comme le souligne le journal.

A l’occasion de la visite du ministre, l’état d’avancement de plusieurs projets a été examiné. Parmi eux, le projet d’agrégation de la station de conditionnement de primeurs initié par la coopérative agricole Comaprim, dans le douar Tin Mansour relevant de la commune rurale Ichaden. L’objectif de ce projet d’un coût de plus de 52 millions de dirhams? Permettre à 50 agrégés de bénéficier d'un encadrement technique de qualité, d'une meilleure valorisation de leur production et d'une meilleure rentabilité, notamment à travers l’accès à des marchés rémunérateurs.

Autre projet: le projet de modernisation de la station de pompage SP5 dans le douar Tin Ait Brahim relevant de la Commune territoriale Ait Amira. Inscrit dans le cadre du Programme régional d’économie d’eau d’irrigation, ce projet d’un coût de 58 millions de dirhams bénéficie à 2.000 agriculteurs (7.750 ha) et vise l’amélioration de la gestion de l’eau, l’efficience de l’irrigation et l’optimisation des performances énergétiques de la station.

Par Fayçal Ismaili
Le 30/01/2022 à 19h32