Industrie: le Maroc veut attirer les constructeurs sud-coréens

La conférence Morocco Now de promotion de la plateforme industrielle marocaine, organisée à Séoul le 6 juillet 2022. . Morocco Now

Le Maroc a organisé la semaine dernière un important Roadshow en Corée du Sud, pour promouvoir ses industries compétitives, notamment automobiles et aéronautiques, et renforcer la coopération économique avec la Corée, à l'occasion du 60e anniversaire des relations diplomatiques entre les deux nations. Explications.

Le 11/07/2022 à 15h41

Le roadshow en Corée du Sud, initié par l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE) qui promeut la marque Morocco Now, a permis de présenter les atouts de la plateforme industrielle marocaine, et les points forts des métiers mondiaux du Maroc, dont les industries automobile et aéronautique.

L’objectif, indique ce lundi 11 juillet le site d’informations coréen The Korea Times, est de nouer des partenariats avec les constructeurs coréens, notamment dans des filières à forte valeur ajoutée.

C’est ce qu'explique Meryem Kabbadj, directrice des exportations au sein de l’AMDIE, citée par la publication coréenne. La responsable a ainsi a souligné que le Maroc veut augmenter le niveau d'intégration des nouvelles technologies et que la Corée peut être un bon partenaire à cet égard.

«Lors de la réunion avec l'Association des importateurs de Corée (KOIMA), les membres se sont montrés très intéressés par les opportunités disponibles au Maroc et nous nous réjouissons de poursuivre les discussions dans ce domaine», a-t-elle déclaré. «Nous sommes impatients de renforcer cette collaboration. C'est une bonne dynamique et nous pensons qu'il y a un bon potentiel à explorer dans différents secteurs, que ce soit pour l'investissement ou pour le commerce», a-t-elle ajouté.

Au cours de leur rencontre avec les différentes associations professionnelles coréennes, la délégation marocaine a mis l’accent sur les nombreux avantages offerts par la plateforme industrielle marocaine qui ont déjà séduit de nombreux investisseurs internationaux.

C’est le cas de l’industrie automobile, qui visiblement attire les investisseurs coréens. «Avec plus de 250 entreprises présentes dans l’écosystème de l'industrie automobile, le Maroc pourrait être la prochaine destination des constructeurs coréens», écrit ainsi The Korea Times.

La publication relève au passage que «l’industrie automobile marocaine connaît une croissance à deux chiffres depuis quelques années et s’est imposée comme le premier secteur exportateur du pays, faisant du pays l'un des principaux constructeurs automobiles en Afrique».

Listant pour les investisseurs coréens les atouts de la plateforme automobile marocaine, Meryem Kabbadj a cité «la proximité et l'accès en franchise de doit vers les principaux marchés à travers le monde, le tout soutenu par une bonne logistique».

«Par exemple, l'installation de Renault au Maroc est connectée au port Tanger-Med, le plus grand port de transbordement de la Méditerranée avec 9 millions d'EVP (équivalents vingt pieds) par an en termes de capacité», a-t-elle ajouté.

La responsable a cité également, en plus des bonnes infrastructures, «la main-d'œuvre qualifiée qui soutient la croissance de cette industrie», et «la stabilité du pays».

«Lorsque vous investissez dans des industries lourdes avec de gros investissements, il faut être sûr d’évoluer dans environnement stable et le Maroc l'offre», a-t-elle expliqué.

L'aéronautique est une autre industrie marocaine forte, car elle possède un partenariat avec Boeing, l'un des principaux fabricants d'avions et de fusées, fait remarquer The Korea Times. Et les opportunités de développement entre le Maroc et la Corée dans le secteur aérospatial sont nombreuses.

En effet, la responsable à l’AMDIE a souligné que le Maroc veut augmenter le niveau d'intégration des nouvelles technologies et que la Corée peut être un bon partenaire à cet égard.

«En ce qui concerne les investissements, nous essayons d'attirer des entreprises opérant dans de nouveaux secteurs et de nouvelles capacités, qui sont considérées comme des maillons manquants dans notre chaîne de valeur. Ces activités bénéficieront donc d'un niveau de soutien plus élevé», a-t-elle déclaré.

Ce soutien se présente sous forme d'incitations fiscales et de subventions à la formation. «Nous avons des travailleurs hautement qualifiés parce que nous avons beaucoup investi dans les instituts de formation. Nous avons des instituts de formation dédiés à l'automobile par exemple. Le programme de formation est conçu avec l'entreprise qui investit avec le soutien du gouvernement pour répondre au besoin des fournisseurs et des équipementiers», a expliqué Kabbadj.

Les investissements dans les énergies renouvelables sont également susceptibles d’intéresser les investisseurs coréens. «Le nouveau modèle de développement du Maroc lancé par le roi Mohammed VI comprend des investissements dans l'énergie verte durable afin d'être compétitif dans les industries à faible émission de carbone, et le pays s'est engagé à s'approvisionner à plus de 50 % en électricité à partir de sources renouvelables d'ici 2030», souligne The Korea Times.

Par Amine El Kadiri
Le 11/07/2022 à 15h41