Fonds Mohammed VI pour l’investissement: bientôt, les premières conventions avec les banques

Le roi Mohammed VI. . DR

Revue de presseKiosque360. Les dernières retouches sont en train d'être apportées aux premières conventions pour la constitution du Fonds Mohammed VI pour l’investissement. 30 milliards de dirhams sont à mobiliser auprès des institutionnels et du secteur privé. Les banques ouvriront le bal.

Le 20/01/2021 à 20h55

Le Fonds Mohammed VI pour l’investissement, mesure phare du plan de relance, va obtenir ses premiers financements. Dans son édition du jour, L’Économiste révèle que les dernières retouches sont en train d'être apportées par le ministère de l’Economie et des Finances pour que les premières conventions soient signées dans les prochains jours, en particulier avec les institutionnels marocains. Le journal assure que le banques seront les premières à ouvrir le bal. Le Fonds, qui proviendra dans un premier temps du budget général de l’Etat, doit mobiliser 30 milliards de dirhams supplémentaires pour atteindre au total 45 milliards de dirhams.  "Le succès de ce Fonds dépendra de sa capacité à attirer un nombre important d’investisseurs dans les grands projets structurants", estime le quotidien. Et d'ajouter que "si l’Etat consent au partage du risque avec les investisseurs privés, c’est surtout pour faciliter leur implication dans les grands projets d’investissement dans le cadre des opérations de partenariats publics-privés". En cela, le Fonds Mohammed VI se démarque des autres fonds. Il n'est pas limité dans ses interventions, ayant des ressources suffisantes et des dispositifs lui permettant de bénéficier de la participation du secteur privé. Pour ce qui est du tour de table, L’Économiste rapporte que le capital du Fonds Mohammed VI pour l’investissement peut être ouvert à hauteur de 49% à d’autres actionnaires même si, pour la préservation du caractère public, leur part ne va pas dépasser 33 % du total. Parmi les missions qui lui sont attribuées, il y a l’accompagnement et le financement des grands projets structurants. Le journal parle d'un double objectif: "soutenir les structures de production en améliorant leur productivité face à la concurrence et créer de l’emploi à travers le lancement des grands chantiers structurants (réseaux autoroutiers, portuaires, énergie électrique et nouvelles technologies de l’information et de communication, présentant des effets multiplicateurs importants pour l’ensemble des activités

commerciales, industrielles et de services)".

Le quotidien rappelle que le Fonds sera organisé autour d’un certain nombre de fonds thématiques: la PME, le tourisme, la restructuration industrielle,

les infrastructures, l’innovation et les nouvelles technologies, ainsi que l’agriculture. Cela va lui permettre de participer dans le capital des petites et moyennes entreprises, ainsi que des grandes entreprises évoluant dans des secteurs

jugés prioritaires, et ce via un compte d’affectation spécial.

Par Rachid Al Arbi
Le 20/01/2021 à 20h55