Etats-Unis: la Fed dans un casse-tête face à l’inflation et au risque de récession

La Réserve fédérale américaine. . DR

Revue de presseKiosquer360. L’inflation frappe de plein fouet l’Amérique et les autorités compétentes sont au four et au moulin pour juguler la crise. Cet article est une revue de presse du journal français La Tribune.

Le 26/07/2022 à 22h34

Latribune.fr, qui revient sur le sujet dans l’une de ses récentes publications, rapporte que la Réserve fédérale, qui a réuni son comité, devrait annoncer aujourd’hui mercredi une nouvelle hausse de ses taux directeurs, de 75 points de base. Cette nouvelle hausse marquera la quatrième fois depuis le début de cette année. «Le scénario d'un relèvement de 100 points de base ne semble plus être de mise, les risques de récession s'étant éloignés ces derniers jours», précise le journal, ajoutant que si dans ses nouvelles prévisions sur l'économie mondiale publiées ce mardi, le Fonds monétaire international (FMI) a révisé fortement à la baisse ses projections d'avril, l'institution table néanmoins sur une croissance des Etats-Unis de 2,3% (-1,4 point) en 2022 et 1% en 2024 (-1,3 point).

«Pour sa part, la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, affirmait dimanche sur la chaîne NBC qu’une récession est une contraction généralisée qui affecte de nombreux secteurs de l'économie. Nous n'avons tout simplement pas ça, faisant valoir que le marché du travail est maintenant extrêmement solide», explique le journal.

Notons que le taux de chômage en juin s'établissait à 3,6% pour le troisième mois consécutif, au plus bas depuis février 2020. «Lors de sa conférence de presse, mercredi, Jerome Powell, le président de la banque centrale américaine, devrait lui aussi présenter les perspectives de l'institution sur l'économie américaine, et préciser la façon dont les membres de l'institution envisagent la poursuite du resserrement monétaire», indique-t-on.

Précisons aussi que la Fed semblait récemment mettre davantage d'emphase sur l'inflation en temps réel ainsi que sur les anticipations d'inflation des ménages, tout en balayant les prévisions de ses économistes internes montrant une forte baisse de l'inflation dans les prochains mois, ou les anticipations du marché obligataire, qui prévoient également une forte baisse.

«Dans ces conditions, même si de nouvelles hausses de taux sont probables cette année, le président de la banque centrale américaine pourrait se montrer beaucoup moins précis sur le rythme et le niveau de ces relèvements», ajoute latribune.fr, notant que l'inflation est devenue un sujet hautement politique aux Etats-Unis. «Le mécontentement des ménages américains qui perdent du pouvoir d'achat pourrait se traduire dans les urnes lors des élections de mi-mandat en novembre, avec le risque pour Joe Biden de perdre sa courte majorité démocrate au Congrès», conclut latribune.fr. 

Par Ismail Benbaba
Le 26/07/2022 à 22h34