Echanges extérieurs: en 2020, le déficit commercial du Maroc s’est allégé de 47,8 milliards de dirhams

Des conteneurs dans un port. (Photo d'illustration) . DR

Au titre de l’année 2020, tant les importations que les exportations de marchandises enregistrent, en glissement annuel, des baisses respectives de 14,1% et de 7,5%. Le déficit commercial s’est ainsi allégé de 23,1% ou de 47,768 milliards de dirhams. Le taux de couverture s’établit, quant à lui, à 62,4%.

Le 04/02/2021 à 17h26

Après une année 2020 marquée par un ralentissement de l’activité économique aussi bien au niveau national qu’international, c’est l’heure du bilan pour les échanges extérieurs du Maroc.

Selon les derniers indicateurs des échanges extérieurs à fin 2020 publiés par l’Office des changes, ce jeudi, le déficit de la balance commerciale s’est allégé de 23,1%, soit près de 47,8 milliards de dirhams, pour s’établir à 158,68 milliards de dirhams, après un recul des importations de marchandises (-14,1%) plus marqué que celui des exportations (-7,5%), sur une année glissante.

Dans ces conditions, le taux de couverture s’établit à 62,4%, enregistrant une amélioration de 4,5 points, souligne la même source.

Net repli de la facture énergétiqueLa baisse des importations de biens s’explique par le recul des importations de la quasi-totalité des groupes de produits. C’est le cas en particulier pour les exportations énergétiques qui affichent une baisse notable en valeur et en volume. La facture énergétique a ainsi atteint 49,8 milliards de dirhams à fin décembre 2020, au lieu de 76,3 milliards de dirhams à fin décembre 2019, ce qui représente une économie de près de 26,5 milliards de dirhams (-35%).

Les importations de produits finis de consommation sont également en baisse de -16%, soit 18 milliards de dirhams. Pour les biens d’équipement, les importations sont en retrait de -13% (soit une baisse de 17 milliards de dirhams).

En revanche, les achats de produits alimentaires ont augmenté de près de 7,5 milliards de dirhams en 2020, dépassant les 55 milliards de dirhams. Cette hausse est essentiellement la conséquence de la hausse de la facture céréalière, qui a flambé de 46,3% pour atteindre 13,5 milliards de dirhams.

Exportations: l’agro-alimentaire et les phosphates en vedetteCôté exportations, les métiers mondiaux du Maroc sont parvenus, globalement, à limiter la casse. Les expéditions du secteur automobile totalisent ainsi 72,7 milliards de dirhams à fin 2020, en recul de -9,3%, ce qui représente un écart de plus de 7 milliards de dirhams par rapport à 2019. La part de ce secteur dans le total des exportations s’élève, ainsi, à 27,6% contre 28,2% un an auparavant.

Pour l’aéronautique, qui pâtit de la baisse drastique des commandes des grands donneurs d’ordre mondiaux, les exportations ont atteint 12,4 milliards de dirhams, en baisse de -28,9% par rapport à l’année dernière.

Suivant la même tendance, les ventes à l’étranger du secteur du textile et cuir ont diminué de -19,2% à 29,8 milliards de dirhams.

En revanche, les exportations du secteur des phosphates et dérivés enregistrent une hausse de 3,7% au terme de l’année 2020 (plus de 50 milliards de dirhams).

Quant au secteur agricole, les exportations ressortent quasi stable, autour de 62 milliards de dirhams.

A noter que la balance des échanges de services a affiché un excédent en baisse de 31,2% à 60,74 milliards de dirhams: les exportations ont reculé de 30,1% à 130,24 milliards de dirhams et les importations de 29,1% à 69,49 milliards de dirhams.

Par Khalil Ibrahimi
Le 04/02/2021 à 17h26