Cryptomonnaies: Bank Al-Maghrib lance la réflexion sur le concept de monnaie digitale de banque centrale

Le siège de la Banque centrale du Royaume, à Hay Riad, à Rabat.  . DR

Un comité institutionnel dédié aux cryptomonnaies vient de voir le jour. Il a pour rôle d'identifier et d’analyser les avantages, mais également les risques d’une monnaie digitale de banque centrale (MDBC) pour l’économie marocaine.

Le 18/02/2021 à 15h38

Afin d’accompagner la dématérialisation des échanges économiques et de mieux tirer parti des nouvelles technologies pour assurer leurs missions traditionnelles, la plupart des banques centrales se sont engagées dans des réflexions sur l’émission d’une monnaie sur un support numérique, qui viendrait compléter l’offre traditionnelle de monnaie (pièces et billets).

Certaines banques centrales, comme celle de France ou de Suède, ont même entamé des programmes d’expérimentations de monnaie digitale de banque centrale (MDBC).

Bank Al-Maghrib (BAM), à son tour, rejoint ce mouvement. En effet, selon la MAP, un comité institutionnel dédié à la thématique de la MDBC vient de voir le jour. Créé au niveau de la Banque centrale, ce Comité a pour rôle d'identifier et analyser les avantages, mais aussi les risques d’une MDBC pour l’économie marocaine. Il examinera en profondeur toutes les conséquences d’une telle monnaie digitale sur la politique monétaire, la structure de l’intermédiation bancaire, la stabilité financière et le cadre juridique.

Le comité se penchera également sur les mesures à entreprendre au regard de l’évolution de l’usage des crypto-actifs au niveau national et international.

Il faudra cependant patienter avant de pouvoir régler ses achats avec des "e-Dirhams". "Dans le contexte actuel, et compte tenu des différentes réformes engagées par Bank Al-Maghrib, pour la promotion des moyens de paiement électroniques et la réduction du cash et dont les retombées ne peuvent être évaluées qu’à moyen terme, il serait prématuré d’envisager à court terme l’émission d’une monnaie digitale", a souligné BAM dans une déclaration à la MAP.

Rappelons qu’au Maroc, les cryptomonnaies, dont le Bitcoin, la plus célèbre d’entre elles, sont strictement interdites. Les transactions effectuées via les monnaies virtuelles constituent une infraction à la réglementation des changes, passible à des sanctions et amendes prévues par les textes en vigueur.

Par Amine El Kadiri
Le 18/02/2021 à 15h38