Le Mouvement populaire condamne les résolutions du Parlement européen et appelle l’UE à rompre son silence

Mohamed Ouzzine, secrétaire général du Mouvement populaire.
Mohamed Ouzzine, secrétaire général du Mouvement populaire. . DR

Dans le cadre des préparatifs des travaux de la première session du Conseil national du Mouvement populaire qui se tient après le 14e Congrès national, le parti a organisé, ce samedi 21 janvier 2023, une réunion préparatoire sous la présidence de Mohamed Ouzzine, secrétaire général du parti, et en présence de Mohand Laenser.

Le 22/01/2023 à 19h03

Le parti du Mouvement populaire a organisé, samedi 21 janvier 2023, une réunion préparatoire aux travaux de la première session de son Conseil national. Cette réunion a été consacrée à l’examen des dispositions organisationnelles de la réunion du Conseil national qui aura lieu le 04 février 2023 à Dar Lakbira, route de l'aéroport Rabat-Salé, ainsi que des derniers développements ayant marqué la scène nationale, au premier rang desquels figure la résolution du Parlement européen concernant la situation des droits de l'Homme dans notre pays, apprend-on d’un communiqué du parti.

Condamnation des résolutions du Parlement européenA l’issue d’un débat approfondi et exhaustif des différents points inscrits à l'ordre du jour, «le parti a exprimé sa vive condamnation des manœuvres abjectes de certains courants politiques hostiles au Maroc au sein du Parlement européen et considère que ces résolutions sapent les bases fondatrices du partenariat stratégique qui lie notre pays à l'Union européenne», lit-on dans le communiqué.

Dans ce cadre, et tout en affirmant sa dénonciation et sa condamnation de ces manœuvres «prenant pour cible les droits souverains du Maroc et violant, aussi bien sur le plan de la forme que du fond, les normes juridiques et les chartes du Parlement européen lui-même, qui stipulent le respect de la souveraineté des pays», le parti du Mouvement populaire considère que «ce dérapage politicien, soudain et fomenté, interpelle en premier lieu l'exécutif de l'Union européenne qui n'a cessé, à l’instar de ses autres institutions, de saluer le processus de promotion des droits de l'Homme et le modèle démocratique du Royaume du Maroc», précise le communiqué.

Le parti note dans le même sens son étonnement face à cette «ingérence flagrante dans les affaires intérieures d'un Etat souverain à travers l’instrumentalisation d’affaires et de dossiers bien précis qui sont encore examinés par la justice marocaine, dont l'indépendance a été constitutionnellement et pratiquement consacrée comme en témoignent les institutions judiciaires européennes elles-mêmes», souligne la même source.

A cet égard, le parti appelle l'Union européenne «à rompre son silence et à exprimer sa position par rapport à ce dangereux dérapage dans lequel a sombré le Parlement européen sous l’instigation de certains courants populistes et milieux partisans relevant d’entités dont les positions sont motivées par des intérêts étriqués et ressentent le gaz tari et promis», poursuit-on.

Le Maroc, pays fort de son front intérieurLe parti dirigé par Mohamed Ouzzine souligne que «le Maroc démocratique et respectueux des droits de l'Homme, encadré par la vision stratégique du roi Mohammed VI, et fort de son front intérieur compact et cohérent, préservera la consécration de l’indépendance de ses décisions et la mise en œuvre de son modèle de développement, en tant que puissance régionale et continentale et partenaire principal dans le nouveau monde», précise le communiqué.

Dans ce contexte, le parti du Mouvement populaire «réaffirme son attachement permanent au Maroc des institutions et sa ferme conviction que les intérêts suprêmes et souverains de notre pays sont au-dessus de toute autre considération», rappelle la même source. 

Le parti note également que «ce revirement inacceptable et condamnable du Parlement européen n'affectera pas le parcours d'une grande nation de l’envergure du Maroc qui sait d'où il vient et où il va», note le communiqué tout en soulignant des «recommandations et des résolutions irréfléchies, infondées et écrites par des plumes qui ont trempé dans l'encrier de l'hostilité et de la haine à l’encontre d’un pays fier de son unité territoriale et nationale, de son bilan singulier dans le domaine des droits et des libertés et de sa ferme ambition d’instituer un dialogue équilibré entre le Nord et le Sud et de faire accéder le continent africain à la place qu'il mérite dans le monde d'aujourd'hui et de demain», précise le communiqué.

Le parti du Mouvement populaire a in fine adressé ses plus hautes expressions de considération et de respect aux membres du Parlement européen qui ont refusé de participer à cette mascarade, soucieux de préserver ce qui reste de la réputation d'un continent qui a été le berceau de la démocratie et de toutes les nobles valeurs humaines communes.

Le 22/01/2023 à 19h03