Armement: Le Maroc premier client de la France au Maghreb et en Afrique

Après sept années de déclin, les dépenses militaires du pays étaient reparties à la hausse en 2018. . DR

Revue de presseKiosque360. Avec des achats avoisinant les 3,1 milliards d’euros à fin 2014, le Maroc arrive en troisième position des pays arabes clients de l’Hexagone. Le pays est suivi de l’Arabie Saoudite et des Emirats arabes Unis, comptés parmi les plus gros importateurs d’armes au monde.

Le 08/09/2015 à 21h47

Lorsqu’il est question d’acquérir des armes, la France reste de loin le fournisseur préféré du Maroc. Le Royaume figure même dans le top 10 des plus gros clients de l’Hexagone au monde. «Le pays occupe la sixième place (il était neuvième en 2014), derrière l’Arabie Saoudite, l’Inde, le Brésil, les Emirats arabes unis et les Etats-Unis», rapporte le quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum dans sa livraison du 9 septembre.

Ce classement figure dans un rapport du ministère français de la défense sur les exportations d’armes pour la période couvrant l’année 2014 et le premier semestre de l’année en cours. Dans ce rapport, le Maroc arrive premier des pays importateurs d’armes françaises dans le pourtour maghrébin et africain. Il est également le troisième pays arabe, derrière l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes Unis, parmi les plus gros importateurs d’armes au monde.

«La course à l’armement entre le Maroc et l’Algérie, dans laquelle le Royaume domine, est à l’origine des chiffres avancés dans ce rapport», indique le journal. Ainsi, de 2010 à 2014, le Maroc et la France ont signé 251 contrats de vente d’armes, contre 238 contrats entre l’Algérie et l’Hexagone. Au cours de cette période, le ministère français de la défense a conclu 691 contrats de vente d’armes avec les pays de la région du Maghreb arabe. Par ailleurs, la France a accordé 220 autorisations d’exportation d’armes vers l’Algérie et 441 autorisations concernant le Maroc sur un total de 863 autorisations pour la région maghrébine. A fin 2014, l’ensemble des armes livrées au Maroc, toutes catégories confondues, est valorisé à plus de 3,1 milliards de DH.

Le rapport du ministère français de la défense livre cependant peu de détails sur la nature exacte des armes livrées au Maroc. Il révèle toutefois que 90% de l’armement acquis par le Royaume va à la marine royale, 2% concerne des achats d’hélicoptères et 4% est constitué de véhicules blindés. D’un autre côté, les achats du Royaume sont constitués à hauteur de 960.000 euros de missiles antichars.De temps à autre, la France offre des armes en guise de dons au Maroc ou les vend à prix préférentiels. Selon le rapport, 4 opérations de ce genre ont été réalisées en faveur du Royaume pour une valeur totale de l’ordre de 197.000 euros. «Ces transactions portaient sur des pièces de rechange pour hélicoptères, navires de guerre, véhicules et matériel médical militaire», précise Akhbar al Yaoum.En outre, le Maroc a reçu 234 pistolets et 71 fusils en provenance de la France, en 2014. A cela s’ajoute bon nombre de matériel de télécommunication, stations de transmission, matériel de surveillance électronique, missiles et autres équipements de recherche et d’expérimentation.

Par Abdelhafid Lagzouli
Le 08/09/2015 à 21h47