Mix énergétique à l’horizon 2030: un optimisme énoncé

Production d'énergie éolienne au Maroc. . DR

Revue de presseKiosque360. L’objectif fixé de porter la part des énergies renouvelables à au moins 52% du mix énergétique à l’horizon 2030 est largement réalisable. Lors de la 3ème journée de la semaine économique du Maroc à l’Expo 2020 Dubai, la confiance est de mise.

Le 12/10/2021 à 18h47

Les multiples efforts déployés par le Royaume prouvent que ses ambitions énergétiques d’ici 2030 seront atteintes. Lors de la troisième journée de la semaine économique du Maroc à l’Expo 2020 Dubai placée sous le thème «Connecter les esprits, Construire le futur», les deux intervenants, Saïd Mouline, directeur de l’AMEE et Tarik Hamane, directeur de développement à MASEN ont mis en avant la dynamique du secteur, comme le rapporte Aujourd’hui le Maroc dans son édition de ce 13 octobre.

"Nous avons atteint actuellement plus de 37% de notre mix énergétique à partir des énergies renouvelables, Si l’on considère les projets en cours et qui seront opérationnels dans les quatre prochaines années, nous nous situerons autour des 52%. C’est dire que nous sommes très confiants quant à l’atteinte des objectifs fixés bien avant l’horizon 2030", souligne le directeur de développement à MASEN.

Plan solaire, plan éolien,… le pays s’est ainsi lancé dans une politique ambitieuse et prometteuse qui porte déjà ses fruits. Et le journal de rappeler que le Maroc aspire à devenir exportateur d’énergie en misant notamment sur l’hydrogène vert et le biocarburant.

De son côté, le directeur de l’AMEE déclare qu’avec un département ministériel dédié, «le Maroc a mis en place tous les outils nécessaires à la réussite de cette transition». A cette occasion, Saïd Mouline est revenu sur la «War Room Green Economy » dévoloppée par l’AMEE et le ministère de l’Industrie et du Commerce pour encourager l’entrepreneuriat industriel vert. L’objectif étant de permettre de générer de l’emploi pérenne, d'aider l’industrie marocaine à substituer les importations et augmenter les exportations tout en décarbonant ses process, d’améliorer la balance commerciale et de relancer l’économie post-covid à travers une banque de projets.

Par Fayçal Ismaili
Le 12/10/2021 à 18h47