Info360. Dernière ligne droite avant l’opérationnalisation du Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Nadia Fettah Alaoui, ministre de l’Economie et des Finances.  . DR

La structuration du Fonds Mohammed VI pour l’investissement a été au centre d’une série de rencontres avec des investisseurs institutionnels nationaux et internationaux, initiées récemment par la ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah, a appris Le360 de sources fiables.

Le 07/07/2022 à 14h21

Les préparatifs vont bon train pour le lancement du Fonds Mohammed VI pour l’investissement (FM6I). La ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah, semble avoir une idée plus précise sur l’opérationnalisation de ce fonds, qui sera doté d’un montant de 45 milliards de dirhams, dont 15 milliards issus du budget de l’Etat et 30 milliards à mobiliser auprès des investisseurs institutionnels.

Dans le cadre de l’opérationnalisation de ce chantier structurant pour la relance économique, voulu et initié par le roi Mohammed VI, la ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah, a multiplié ces dernières semaines les rencontres avec les investisseurs institutionnels nationaux et internationaux, en vue de leur présenter sa vision quant à la structuration dudit fonds, apprend Le360 de sources sûres.

Inscrites dans une logique de co-construction, ces rencontres ont été l'occasion d'échanger sur l’implication et les attentes des investisseurs institutionnels, marocains et étrangers.

La création du Fonds Mohammed VI pour l’investissement avait été préconisée par le Souverain lors du discours du Trône du 30 juillet 2020. L'objectif principal du fonds, qui se présente comme une holding de participations, dont le conseil d’administration est présidé par le ministre de l’Economie et des Finances, est de contribuer au financement de grands projets d'investissement et de les accompagner, aux niveaux national et territorial, dans le cadre de partenariats avec le secteur privé. Le fonds vise également à contribuer, par le biais de fonds sectoriels ou thématiques, au capital des petites et moyennes entreprises.

Le fonds entend par ailleurs participer directement au capital des grandes entreprises publiques et privées actives dans les secteurs que le fonds juge prioritaires, comme le tourisme, l’industrie, les nouvelles technologies, ou encore les infrastructures. Les critères de sélection des projets reposeront principalement sur l’impact sur l’emploi, tout en accordant une attention particulière au renforcement de la préférence nationale.

Par Wadie El Mouden
Le 07/07/2022 à 14h21