Exploration minière: le Canadien Aya Gold and Silver compte investir 140 millions de dollars pour son expansion au Maroc

Extraction d'argent, métal précieux, par des ouvriers dans la mine de Zgounder (à 200 km au sud de Marrakech). Le permis d'exploitation de cette mine est détenu par la société canadienne Aya Gold and Silver. . Aya Gold and Silver

La société canadienne d’extraction de métaux précieux Aya Gold and Silver prévoit d'investir 140 millions de dollars pour quintupler d'ici 2024 la production de sa mine d'argent de Zgounder, à 200 km au sud de Marrakech.

Le 09/11/2022 à 10h35

Le Canadien Aya Gold and Silver compte investir près de 140 millions de dollars pour financer son expansion dans la mine d’argent de Zgounder, indique Africa Intelligence. Selon les projections de la société d’extraction minière, cet apport permettrait de quintupler la production de la mine d’ici 2024. 

Benoît La Salle, le président et CEO d’Aya Gold and Silver, avait annoncé le 25 octobre 2022 avoir obtenu 100 millions de dollars de prêts, dont 92 millions de dollars auprès de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et 8 millions de dollars auprès des Climate Investment Funds. 

«Cet appui permettra de boucler le financement de 140 millions de dollars nécessaire pour faire passer à la vitesse supérieure la mine d'argent de Zgounder (à 200 km au sud de Marrakech)», souligne Africa Intelligence.

Selon ce média, après la construction d'une usine de traitement de grande capacité, le site pourra atteindre en 2024 une production de 8 millions d'onces d'argent par an, contre 1,6 million d'onces actuellement, une accélération qui augmentera fortement sa rentabilité.

Avant le lancement de cet investissement, l'entreprise canadienne avait repris en septembre dernier les 15% des parts détenues par l'Office national des hydrocarbures (ONHYM) dans le projet Zgounder, ainsi que cinq permis adjacents à la mine d’argent de Zgounder, en contrepartie d'un total de 6,5 millions de dollars.

Le président et CEO d’Aya Gold and Silver souhaite, par ailleurs, entraîner l'engouement d'autres entreprises canadiennes d'extraction minière, pour d'autres investissements dans ce secteur au Maroc. «Benoît La Salle estime qu'en utilisant les compétences de ses géologues et ingénieurs venus de Montréal -pour certains également impliqués dans ses projets ouest-africains de Sama Resources et SRG Graphite, il est possible de mettre au jour un potentiel marocain attractif également pour d'autres juniors minières canadiennes», annonce à ce propos Africa Intelligence

Par Safae Hadri
Le 09/11/2022 à 10h35