Etats-Unis: face à l'inflation au plus haut depuis 40 ans, la Fed se dit prête à agir plus fortement

L'inflation au Maroc s'est située à 6,6% en 2022 (photo d'illustration).. DR

Revue de presseKiosque360. Pour ralentir l’inflation, la Banque centrale américaine, la Fed est déterminée à poursuivre «le resserrement de sa politique monétaire de manière méthodique». Cet article est une revue de presse du site Les Echos.

Le 06/04/2022 à 22h31

Face à la montée de l'inflation aux Etats-Unis qui est au plus haut depuis 40 ans, la Banque centrale américaine, la Fed, s’apprête à réagir. En effet, d’après le compte rendu de la réunion des banquiers centraux de mars, publié mercredi, la Fed pourrait accélérer son rythme de remontée des taux dès le mois prochain et réduire son bilan à hauteur de 95 milliards de dollars par mois maximum, comme le rapporte Les Echos sur son site ce 6 avril.

«Dans l'ensemble, les minutes du comité de politique monétaire de la Fed ne semblent pas allez plus loin que ce qu'a déjà souligné Brainard (figure importante de la Réserve fédérale, Lael Brainard», a expliqué le chef économiste en charge de l'international de la banque ING, James Knightley. La gouverneure de la Fed avait annoncé que son institution était déterminée à poursuivre « le resserrement de sa politique monétaire de manière méthodique».

Déjà, en mars dernier, la Réserve fédérale américain avait relevé ses taux d'un quart de point de pourcentage, se situant entre 0,25 % et 0,50 %. La Fed n’était pas aller plus loin en raison de l'incertitude causée par le conflit en Ukraine.

Les Echos révèlent également que, lors de cette réunion, les banquiers centraux se sont montrés favorables à l'idée de commencer à réduire la taille du bilan «au plus tôt après la conclusion de leur prochaine réunion en mai», le bilan de la banque centrale ayant gonflé pendant la crise du Covid-19 avoisinant les 9.000 milliards de dollars.

Les banquiers centraux ont également échangé autour de la possibilité de plafonner la réduction mensuelle du bilan, évoquant des plafonds mensuels de réduction des actifs en portefeuille de 60 milliards de dollars pour les titres d'Etats américains et 35 milliards de dollars pour les titres adossés à des créances hypothécaires (MBS).

Par Fayçal Ismaili
Le 06/04/2022 à 22h31