Crédit agricole du Maroc: le Conseil de surveillance confiant pour l'avenir de la banque

Siège du Groupe Crédit Agricole du Maroc . DR

Le Conseil de Surveillance du Crédit Agricole du Maroc (CAM) s’est réuni mardi 2 avril dernier sous la présidence du ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, en vue d’examiner l’activité de la banque durant l’exercice 2018 ainsi que l’état d’avancement des différents projets de cette institution.

Le 05/04/2019 à 08h58

Les administrateurs ont constaté les évolutions notables réalisées par la banque et les efforts fournis par le CAM, tout particulièrement concernant l'inclusion financière des petits agriculteurs (notamment à travers la digitalisation) et du monde rural de manière globale, souligne le CAM dans un communiqué.

Le président du directoire du CAM a présenté les comptes de l’exercice 2018 dont les faits marquants sont:

• Le PnB de la banque a augmenté de 2% pour s’établir à 3,97 milliards de dirhams; • Les encours de crédit et les ressources clientèle ont progressé de 7% pour s’établir respectivement à 80 milliards de dirhams et 82 milliards de dirhams;• Le résultat social de la banque s’établit à 372 millions de dirhams au 31 décembre 2018 en progression de 6 % par rapport à l’exercice écoulé;• Les fonds propres réglementaires de la banque s’établissent au 31 décembre 2018 à 10,6 milliards de dirhams en progression de 7%.

Par ailleurs et comme à l’accoutumée, les représentants du Comité d’audit, comité des grands risques, comité d’investissement (instance émanant du Conseil de Surveillance) ont présenté leurs rapports au Conseil de Surveillance.

Les commissaires aux comptes ont annoncé une certification des comptes sans réserve et le Conseil a validé, de ce fait, les comptes de l’exercice 2018.

Le Conseil a également été informé des réalisations en matière d'engagement du Groupe Crédit Agricole du Maroc dans l’accompagnement du Plan Maroc Vert et l'appui au monde agricole et rural.

En effet, le Groupe Crédit Agricole du Maroc a renforcé son positionnement dans le développement durable du monde rural et agricole, en mettant en place des outils d'inclusion financière, à même de garantir le développement économique et social de ce secteur.

Cette réunion a également permis de présenter l'état d'avancement des projets en cours, notamment celui de la digitalisation et les composantes du plan stratégique Afak 2021.

Par Ayoub Khattabi
Le 05/04/2019 à 08h58