Agadir: face à la flambée du prix du gasoil, les routiers de l’AMTRI rejoignent la grève prévue mercredi

Les dirigeants de l’Association marocaine des transports routiers intercontinentaux (AMTRI)-Zone Sud adhère à la grève ouverte, prévue ce mercredi 6 avril à partir de 10h00. . Mhand Oubarka / Le360  

Lors d’un point de presse organisé ce mardi 5 avril 2022 à Agadir, les dirigeants de l’Association marocaine des transports routiers intercontinentaux (AMTRI)-Zone Sud, expliquent les raisons qui les ont poussés à adhérer à la grève ouverte, prévue ce mercredi 6 avril à partir de 10h00.

Le 05/04/2022 à 20h03

L’AMTRI figure parmi les membres de la Fédération nationale du transport multimodal (FNTM). Celle-ci, dans un communiqué diffusé le 1er avril, a lancé un appel à ses membres les incitant à observer une grève ouverte contre la flambée du prix du gasoil.

«Le montant de l’aide mobilisée par le gouvernement (6.000 dirhams pour chaque tracteur routier, Ndlr) est trop faible en comparaison avec le soutien accordé à nos concurrents en Europe, notamment en France ou en Espagne, dont le montant s’élève 1.300 euros par mois, outre le gasoil professionnel et une série d’autres avantages comparatifs», souligne Ahmed Saoudi, président de l’AMTRI-Zone Sud dans une déclaration pour Le360.

De son côté, Mohamed Reddah, vice-président de l’association, a pointé le coût élevé du gasoil et son impact sur la compétitivité du pavillon TIR (transport international routier) marocain.

Dans son communiqué, la FNTM a appelé à accélérer la mise en place d’un cadre légal propre à l’indexation-carburant, permettant de répercuter les variations des prix à la pompe, à la hausse comme à la baisse, sur les tarifs de transport. Ce principe d’indexation a d’ailleurs été acté lors des récentes discussions avec le gouvernement. Sa mise en œuvre exige néanmoins un projet de loi encadrant la formule d’indexation.

Outre le gasoil professionnel (permettant de récupérer la TIC) et l’actualisation du coût de référence pour le transporteur, la FNTM incite le gouvernement à trouver une solution pour les entreprises qui ne sont pas en mesure de rembourser leurs échéances de crédit et de leasing.

Par M'hand Oubarka
Le 05/04/2022 à 20h03