L'état critique du président Tebboune a nécessité son transfert de Cologne à Berlin

Abdelmadjid Tebboune, président de la République algérienne.  . DR

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a été transféré, mardi, vers un autre hôpital allemand situé à Berlin pour "des mesures de sécurité", selon des sources hospitalières et médicales allemandes.

Le 04/11/2020 à 08h30

D'après ces sources citées par Algérie Part, le chef de l’Etat algérien a quitté, mardi en fin de matinée, la chambre numéro 9 située au 4è étage de l’un des blocs de l’hôpital "Krankenhaus Merheim à Cologne en Allemagne" où il était admis pour des soins intensifs depuis le mercredi 28 octobre dernier après avoir contracté le coronavirus 13 jours auparavant en Algérie.

La même source a ajouté que ce sont les autorités allemandes qui ont demandé le déplacement d’Abdelmadjid Tebboune vers un prestigieux hôpital à Berlin dont le nom et la localisation ont été gardés secrets pour préserver sa sécurité.

Ces sources hospitalières et médicales allemandes ont fait savoir qu’il s’agirait d’un hôpital spécialisé dans l’accueil des diplomates et dirigeants étrangers.

Cependant, contrairement à ce qui a été affirmé par la Présidence algérienne dans un communiqué paru ce mardi après-midi, l’état de santé d’Abdelmadjid Tebboune ne s’est guère amélioré et il demeure toujours critique, selon les mêmes sources.

Avant de quitter l’hôpital Krankenhaus Merheim à Cologne, Abdelmadjid Tebboune avait toujours des températures très élevées et il demeurait très fiévreux.

Le Président algérien utilise toujours un appareil à oxygène pour respirer et ses poumons sont encore et toujours affaiblis par les effets de l’infection au COVID-19, notent les mêmes sources.

Selon toujours les mêmes sources, le président Abdelmadjid Tebboune fait partie des personnes ayant une fragilité pulmonaire. Ils relèvent que dans leur diagnostic, les médecins allemands ont constaté que le virus s’est propagé le long des voies respiratoires supérieures (nez, fosses nasales, bouche, pharynx, et larynx) et inférieures (trachée, bronches, bronchioles).

En clair, dans le cas d’Abdelmadjid Tebboune, le virus a proliféré dans les voies respiratoires et a gagné certaines zones des poumons.

A cause de la très mauvaise prise en charge qui lui a été délivrée au niveau de l’hôpital militaire d’Ain Naadja, les poumons du président algérien ont commencé à fonctionner de moins en moins bien, rappelle le média algérien.

C’est pour cette raison que Tebboune a été placé aux soins intensifs et sous respirateur car ces poumons ne peuvent plus remplir leur travail, c’est-à-dire faire parvenir l’oxygène au sang et en retirer le gaz carbonique, rappelle-t-il.

En parallèle, les médecins allemands ont constaté également un risque très élevé d’un AVC mortel et fatal car le COVID-19 a provoqué des complications neurologiques.

Depuis son arrivée en Allemagne, Abdelmadjid Tebboune a fait plusieurs crises convulsives à cause des souffrances endurées par son système nerveux, note la même source.

Elle précise qu’à Cologne, les médecins allemands ont informé les autorités algériennes qu’il sera aisé de maintenir en vie le président algérien grâce à leur savoir-faire et les innovations de leurs traitements médicaux.

Néanmoins, il devra rester hospitalisé pendant une longue période dont la durée reste encore à déterminer pour empêcher les complications neurologiques, dont il souffre, de produire des séquelles dangereuses comme une invalidité définitive, fait-elle savoir.

Par Ayoub Khattabi
Le 04/11/2020 à 08h30