Relance économique: le commerce mondial de marchandises reprend du poil de la bête

Entrée principale du centre de conférence au siège de l’OCDE à Paris. . DR

Revue de presseKiosque360. Le commerce de marchandises regagne des forces grâce à la reprise de l’économie mondiale. En effet, les toutes dernières statistiques de l'OCDE montrent que le commerce de marchandises des 20 plus grandes puissances économiques de la planète a bondi au second trimestre.

Le 25/08/2021 à 07h35

Un vent d'optimisme souffle sur le commerce mondial, rapporte le journal français La Tribune dans l’une de ses récentes publications sur son site internet. Latribune.fr indique ainsi qu’après une année 2020 catastrophique, les indicateurs favorables se multiplient, d’autant plus que les dernières données de l'OCDE dévoilées le 24 août montrent que le commerce de marchandises des 20 plus grandes puissances économiques de la planète a bondi au second trimestre.

On apprend en effet que les exportations et les importations de biens en dollars corrigés des variations saisonnières ont accéléré respectivement de 4,1% et 6,4% au deuxième trimestre 2021 par rapport au premier trimestre. De même, le dernier baromètre de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) dévoilé le 18 août indique que les échanges de marchandises à l'échelle du globe poursuivent leur forte reprise. Notons que durant le premier trimestre 2021, le commerce global de marchandises a bondi de 5,7% par rapport à la même période l'année précédente.

Latribune.fr fait remarquer qu’il s'agit de la plus forte envolée depuis 2011 et que cette hausse masque évidemment de vastes disparités à l'échelle de la planète. Le journal souligne que le record enregistré récemment par les services de l'OMC peut également s'expliquer par un effet de base important. «La hausse du baromètre reflète à la fois la forte expansion du commerce et la profondeur du choc en 2020», explique-t-on. Soulignons aussi que les indicateurs pour le fret aérien (114), le fret maritime (110,8) continuent d'augmenter à une cadence plus rapide que la croissance du commerce global. De son côté, l'indice des produits automobiles continue également d'accélérer en dépit d'une baisse de la production et de la commercialisation dans certains pays en juillet.

Les exportations de biens se sont élevées à 240,2 milliards d'euros et les importations à 275 milliards. Pour leur part, les exportations françaises, qui dépendent en grande partie de l'aéronautique, souffrent de la mise à l'arrêt de l'économie mondiale au cours de l'année 2020. Latribune.fr précise aussi que la pandémie a mis en lumière l'extrême spécialisation de l'économie française dans l'aéronautique et que cette dépendance pourrait fortement affaiblir le secteur industriel français dans les années à venir. 

Par Ismail Benbaba
Le 25/08/2021 à 07h35