Pointant le retard du Registre social unifié, Abdellatif Jouahri se dit contre «l’institutionnalisation des subventions»

Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib, lors d'un point de presse à Rabat, le 17 décembre 2019.
Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib, lors d'un point de presse à Rabat, le 17 décembre 2019. . MAP

Avec son franc parler habituel, le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, a pointé du doigt, lors de son dernier point de presse, mardi 27 septembre 2022, le retard accusé dans la mise en place du Registre social unifié (RSU), seul mécanisme, selon lui, à pouvoir assurer un ciblage efficace des populations méritant les subvention de l’Etat.

Le 27/09/2022 à 19h22

A l’issue du dernier Conseil de Bank Al-Maghrib, ce mardi 27 septembre, le gouverneur de la Banque centrale a tenu a analysé les enjeux économiques du Royaume dans une conjoncture marquée par une inflation galopante. 

Interpellé sur la pertinence des aides directes accordées aux transporteurs routiers pour faire face à l’impact de l’inflation sur le pouvoir d’achat des ménages, le wali de Bank Al-Maghrib s’est montré clair: «Je ne peux pas mesurer l’impact des subventions accordées aux transporteurs, ça ne relève pas de mon ressort et je ne suis pas partie prenante de ce dossier».

Selon Abdellatif Jouahri, 2,75 milliards de dirhams ont été accordés, à ce jour, aux transporteurs routiers pour contrer l’inflation. Un montant qui devrait atteindre les 5 milliards d’ici la fin de l’année.

Cependant, et de manière générale, le wali de Bank Al-Maghrib a contesté la politique des subventions régulières, sans ciblage. «Je suis contre l’institutionnalisation des subventions. Le soutien continu et régulier n’a aucun sens. Il faut instaurer un système de ciblage», a-t-il souligné.

Et d’ajouter: «Quand les gens gagnent de l’argent, ils ne disent rien, mais dès qu’il y a des difficultés, on commence à se plaindre. (…) Nous avons besoin d’un ciblage pour que les personnes qui ont réellement besoin d’aide puissent en bénéficier et pas les autres».

C’est dans ce sens que le gouverneur de la Banque centrale a relevé le retard de la mise en place du Registre social unifié (RSU) appelant à accélérer le déploiement de ce chantier tant attendu.

«Il faut accélérer la mise en place du Registre social unifié, nous avons tardé à le mettre en place. (…) Nous devons aussi avoir le courage de dire quelle est la limite des aides à accorder. C'est à ce moment-là que l'Etat aura une image budgétaire qui permettra de faire les arbitrages nécessaires», a-t-il martelé.

Par Safae Hadri
Le 27/09/2022 à 19h22