Hydrogène vert: un système pilote mis en place à Benguérir

Photo d'illustration.  . DR

Revue de presseKiosque360. L’Institut de recherche en énergie solaire et en énergies nouvelles (IRESEN) a annoncé mercredi avoir achevé l'installation de son premier système de production d'hydrogène vert à l'échelle micro-pilote. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien Les Inspirations Eco.

Le 15/09/2022 à 21h23

L’Institut de recherche en énergies renouvelables et énergies nouvelles (IRESEN) vient de mettre en œuvre son premier projet démonstrateur de génération d’hydrogène vert (à base de solaire) à l’échelle Micro-Pilote dans le cadre de son projet «Power-to-X µPilot». L’installation est désormais achevée et c’est un succès. Il s’agit, selon le quotidien Les Inspirations Eco, d’un électrolyseur d’une capacité de 20 kilowatts (kW) couplé à des panneaux solaires photovoltaïques (PV) qui sera testé sous charge variable d’électricité renouvelable.

Le projet «Power-to-X µPilot» est incubé au cœur du Green Energy Park de Benguerir en collaboration avec l’Université Mohammed VI polytechnique (UM6P). «Il sera doté dans ses prochaines phases de briques technologiques supplémentaires, issues de la chaîne de valeur de la filière de l’hydrogène vert et ses applications, communément appelée filière «Power-To-X»», selon l’Institut de recherche en énergies renouvelables et énergies nouvelles (IRESEN).

L’objectif de ce système est «la production d’ammoniac vert, de méthanol vert, de carburants verts, mais aussi des aspects comme la mobilité durable et le stockage de l’électricité renouvelable, en utilisant l’hydrogène et les piles à combustibles».

Outre le fait qu’il est un outil de recherche et d’innovation, ce Micro-Pilote est appelé à jouer un rôle clé dans la formation et la montée en compétence du personnel d’IRESEN et de l’UM6P et leurs partenaires de l’écosystème de l’hydrogène au Maroc.

«L’idée est donc de faire bénéficier les étudiants, les chercheurs jeunes et confirmés, les techniciens, les ingénieurs et les cadres issus du secteur public et privé de programmes de formation adéquats, dans le cadre du déploiement de projets Power-To-X au Maroc. Il est possible que ce rôle soit porté au niveau de la région Moyen-Orient – Afrique», indique la parution.

La plateforme de formation pourrait être proposée aux pays partenaires comme ce fut le cas pour le programme de la «Middle East & Africa Clean Tech Academy» (MEA-CTA), organisé récemment par IRESEN, le Green Tech Institute de l’UM6P, en partenariat avec le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEAtech), le Centre d’hydrogène d’Oman (OHC), le Centre régional pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (RCREEE) et l’Association arabe des engrais (AFA).

Par Nabil Ouzzane
Le 15/09/2022 à 21h23