Énergies renouvelables: les perspectives de développement au Maroc expliquées par Leila Benali

La ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali, répond à une question orale à la Chambre des représentants, le 9 décembre 2021.
La ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali, répond à une question orale à la Chambre des représentants, le 9 décembre 2021. . MAP

L’investissement en matière d’énergies renouvelables connaitra un bond qualitatif à l’horizon 2027, particulièrement de la part du secteur privé, a affirmé, mardi à Rabat, la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali.

Le 24/01/2024 à 10h38

En réponse à une question orale à la Chambre des conseillers sur «la promotion de l’investissement dans le domaine des énergies renouvelables», présentée par le groupe du Parti authenticité et modernité (PAM, majorité), Leila Benali, ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, a affirmé que l’investissement dans les énergies renouvelables est en accélération depuis 2021, à travers le renforcement et le développement du réseau électrique national, et que son volume annuel sera quadruplé à l’horizon 2027 en comparaison avec la période 2009-2022.

Une enveloppe de près de 23 milliards de dirhams (MMDH) a été ainsi allouée à la période 2023-2027, pour «une intégration optimale des énergies renouvelables et un approvisionnement des différentes régions en électricité», a indiqué la ministre, faisant part du lancement d’un appel à manifestation d’intérêt pour une liaison électrique de haute tension (3 gigawatts) sur une distance de 1.400 kilomètres, qui va transporter l’électricité du sud au nord du pays.

Et d’ajouter que le Maroc a cumulé une capacité totale de près de 4,6 gigawatts (GW) dans les énergies renouvelables, dont 852 mégawatts (MW) pour l’énergie solaire, pour un investissement de 30 milliards de dirhams (MMDH), notant que 60 MMDH ont été investis dans des projets d’énergies renouvelables depuis le lancement de la stratégie énergétique nationale en 2009.

Leila Benali a également fait savoir que plus de 50% des projets dans l’énergie éolienne ont été développés par le secteur privé, saluant à cet égard l’accélération du rythme d’investissement en énergies renouvelables et en réseau électrique national, à travers le plan national d’équipement électrique.

En coordination avec l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), la réalisation d’une capacité supplémentaire de 9,6 GW a été programmée jusqu’à 2027, a relevé Mme Benali, ajoutant que la capacité supplémentaire des énergies renouvelables approvisionne 7,5 GW, pour un investissement de près de 75 MMDH, sans prendre en considération les projets relatifs à l’hydrogène vert, au dessalement de l’eau de mer et de décarbonation de l’industrie nationale.

Par Le360 (avec MAP)
Le 24/01/2024 à 10h38