Collectivités territoriales: voici les nouvelles règles régissant les emprunts, y compris ceux de l'étranger

Le conseil de la ville de Casablanca.  . DR

Trois décrets relatifs aux règles régissant les opérations d’emprunts contractés par les collectivités territoriales ont été publiés dans la dernière livraison du Bulletin officiel. En voici les principales dispositions.

Le 29/01/2022 à 18h14

Trois textes de loi, visant à amender et à actualiser les règles régissant les opérations d’emprunt contractés par les collectivités territoriales, ont été publiés au dernier Bulletin officiel.

Ces textes ont pour objectif de permettre aux collectivités territoriales d’effectuer des opérations de titrisation et de contracter un emprunt auprès des agences de coopération internationale afin de leur permettre de répondre aux besoins inhérents à leur développement et de contribuer à la mise en œuvre des recommandations contenues dans le nouveau modèle de développement (NMD).

Selon ces décrets, une opération d'emprunt désigne tout processus par lequel un établissement de crédit national, des institutions financières internationales ou des organismes publics étrangers de coopération placent ou s’engagent à mobiliser des fonds auprès d’une collectivité territoriale, qui est, par ailleurs, tenue de les restituer selon des conditions contractuelles, ou toute émission de titres de créance, ou encore un recours à une titrisation.

Ces emprunts sont autorisés à la suite d'une décision conjointe commune émanant de l'autorité gouvernementale chargée de l'Intérieur et de celle chargée des Finances, dans un délai maximum de 20 jours à compter de la date de leur réception d'une lettre attestant l’accord d’emprunt de la part de l’institution financière concernée. Et ce, après vérification que la collectivité territoriale concernée a respecté les délibérations de son Conseil et a la capacité financière à payer les échéances du prêt. Il est aussi important de vérifier les garanties accordées, le cas échéant.

En cas d'émission de titres de créance, avant de présenter le dossier à l'Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), conformément aux dispositions de la loi relative à l'appel public à l'épargne et aux informations exigées des personnes morales et organismes faisant appel public à l'épargne, ou au cas où de recours à une titrisation avant de présenter le dossier à l'AMMC, conformément aux dispositions de la loi relative à la titrisation, les mêmes règles régissant les opérations d’emprunts, citées auparavant, s'appliquent. 

Par Hajar Kharroubi
Le 29/01/2022 à 18h14