Campagne agricole: Mohammed Sadiki rassure

Mohammed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts. . DR

Revue de presseKiosque360. Il y a encore de l’espoir pour la campagne agricole, en dépit du manque de pluie au niveau national. Selon le ministre de l’Agriculture, Mohammed Sadiki, les précipitations à venir sauveront la mise.

Le 04/11/2021 à 19h42

Aujourd’hui Le Maroc revient dans sa livraison du jour sur la campagne agricole, et indique que le manque de pluies observé actuellement au niveau national ne doit pas trop inquiéter. «Il est encore temps pour rattraper ce retard pluviométrique et avoir une bonne récolte», rassure le journal, citant Mohammed Sadiki, ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, qui a donné un point de presse le 4 novembre.

«Le démarrage de l’actuelle campagne ne diffère pas de celui de l’année précédente ou encore celui de 2018-2017 qui ont été des saisons agricoles prometteuses en termes de rendement», a rassuré le ministre. «Les précipitations à venir sauveront la mise, sachant que la période de plantation se poursuit jusqu’au mois de janvier avec une capacité pouvant atteindre jusqu’à 1 million d’hectares par semaine», a-t-il ajouté.

Aujourd’hui Le Maroc souligne que le secteur agricole a été à l’ordre du jour du Conseil de gouvernement tenu hier. «Un exposé a été présenté par Mohammed Sadiki aux membres du gouvernement détaillant les mesures et dispositifs pris par la tutelle en prévision de la campagne agricole 2021-2022. A cet égard, le ministre a fait part d’une suffisance en termes de semences sélectionnées. On note dans ce sens la disponibilité de 1,6 million de tonnes qui seront distribuées sur les 390 points de vente du Royaume. Il en est de même pour les engrais phosphatés dont le volume ressort stable à 500.000 quintaux», rapporte le quotidien.

Le ministre assure par ailleurs suivre minutieusement le déploiement des plans d’assolement en harmonie avec les ressources hydriques de chaque région. «Une attention particulière est, dans ce sens, accordée aux zones ne représentant pas de stress hydrique. S’agissant des céréales, les prévisions du ministère tablent sur une superficie de 4,5 millions d’hectares. Si l’on tient compte des légumineuses et du fourrage, la superficie des principales cultures d’automne devrait atteindre les 5,5 millions d’hectares», poursuit le journal.

En ce qui concerne la répartition des cultures dans les zones irriguées, le programme d’automne affiche à ce jour un taux d’exécution de 47%. Force est de rappeler que ce dispositif couvre toutes les variétés de légumes, ce qui nous permettra d’approvisionner le marché d’ici le début du printemps.

On apprend que la tutelle œuvre conjointement avec les interprofessions pour établir un équilibre tarifaire sur le marché. Aujourd’hui Le Maroc souligne que cette saison agricole intervient après une année réussie marquée par une récolte de 103 millions de quintaux de céréales et un accroissement de 17% de la valeur ajoutée agricole.

Par Ismail Benbaba
Le 04/11/2021 à 19h42