Des «trésors humains vivants»: le nouveau titre accordé aux maîtres artisans marocains, par l’Unesco

Fatim-Zahra Ammor, ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire -ESS, et Eric Falt, directeur du Bureau de l’Unesco pour le Maghreb, à l'issue de la cérémonie de signature d'un accord de coopération, le 28 novembre 2022, à Rabat.  . DR

Pour assurer la sauvegarde des savoir et savoir-faire liés aux métiers de l’artisanat marocain, le département de l’Artisanat et l’Organisation des nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) viennent de signer un accord de coopération. Les maître-artisans marocains se verront accorder le titre de «trésors humains vivants».

Le 30/11/2022 à 13h33

Fatim-Zahra Ammor, ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie sociale et solidaire -ESS, et Eric Falt, directeur du Bureau de l’Unesco pour le Maghreb, ont procédé ce lundi 28 novembre 2022 à la signature d’un accord de projet pour l'instauration d’un système durable de transfert des compétences et de transmission des savoir-faire liés aux métiers de l’artisanat, dont ceux qui ont été classés par l’inventaire national mené par ce même ministère, avec l’appui de l’Unesco, comme étant menacés de disparition.

La cérémonie de signature de ce nouvel accord a eu lieu au lancement des travaux de la 17e Session du Comité Intergouvernemental de l’Unesco de sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel. Une manifestation qu'accueille le Royaume, à Rabat, à partir de ce lundi 28 novembre, et qui aura cours jusqu'au 3 décembre prochain.

L’accord signé prévoit, d’une part, l’encouragement des maître-artisans porteurs de savoirs et compétences ancestrales uniques, qui se verront désormais accorder le titre de «trésors humains vivants», à partager leur connaissances et compétences, et, d’autre part, l’incitation des jeunes à apprendre, reconstruire et recréer cet héritage artisanal, tout en leur offrant un programme de formation qualifiante. 

«Certains savoirs et savoir-faire liés aux métiers de l’artisanat marocain courent le risque de disparaître. La transmission reste ainsi la solution la plus efficace pour assurer la continuité de ces savoir-faire et des compétences», indique, dans un communiqué émis à cette occasion, le département de l’Artisanat. 

Par Safae Hadri
Le 30/11/2022 à 13h33