Covid-19 au Maroc: 17 nouvelles contaminations en 24 heures, aucun décès et 169 cas actifs

Un laboratoire mobile d'analyses de biologie moléculaire spécialisé dans le dépistage du Covid-19, avec une capacité allant jusqu’à 500 analyses quotidiennes, fait escale à Larache pour accélérer la cadence des tests de dépistage, le 20 juin 2020. 

Un laboratoire mobile d'analyses de biologie moléculaire spécialisé dans le dépistage du Covid-19, avec une capacité allant jusqu’à 500 analyses quotidiennes, fait escale à Larache pour accélérer la cadence des tests de dépistage, le 20 juin 2020.  . Youssef El Haffre / MAP

Aucun décès, 17 nouveaux cas de contamination et 16 guérisons ont été confirmés dans le Royaume, les 17 et 18 septembre 2022, alors que plus de 6,78 millions de personnes ont reçu la troisième dose. Le suivi de la pandémie, en chiffres.

Le 18/09/2022 à 15h30

Nouveaux cas de contamination, rémissions, nombre de dépistages effectués, vaccinations, etc. Pour en savoir plus sur l'évolution du coronavirus au Maroc, cliquez sur ce lien: https://covid.le360.ma.

© Copyright : DRAu Maghreb, l'Algérie ne communique pas le nombre de tests de dépistage, ce qui laisse penser que le nombre de contaminations est bien supérieur aux chiffres officiels. Le dernier bilan arrêté fait état de 7 cas de contamination, aucun décès et 8 guérisons. Le pays totalise 270.606 cas de contamination, dont 6.879 décès et 182.238 guérisons.

En Tunisie, 339 cas de contamination, 3 décès et 1.198 guérisons ont été enregistrés, selon le dernier bilan hebdomadaire disponible. Le pays totalise 1.145.163 cas de contamination, dont 29.243 décès et 1.131.730 guérisons depuis mars 2020.

En Mauritanie, un cas de contamination a été enregistré, selon le dernier bilan disponible. Le pays comptabilise 62.782 cas de contamination, dont 994 décès.

C'est une question qui ne fait plus consensus entre les pays touchés par le Covid-19 aujourd'hui: faut-il systématiquement isoler les personnes positives au virus? Dans un rapport publié le 8 septembre dernier, mais daté du 15 juin, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande ainsi de mettre fin à l'isolement des cas positifs, sous condition d'une amélioration très significative des indicateurs sanitaires cet été.

Or depuis juin justement, la France a affronté sa 7e vague de contaminations, mais avait pu bénéficier d'une certaine accalmie à partir de mi-juillet. Dans un rapport publié au début du mois de septembre, le Haut Conseil de la santé publique pose la question de la fin de l'isolement des personnes testées positives au Covid-19. En Espagne, cette mesure a déjà été mise en place.

En cette rentrée 2022, les perspectives sont toutes autres. Les infections au SARS-CoV-2 repartent à la hausse et les autorités sanitaires anticipent une 8e vague de contaminations. Dans ce contexte, difficile d'imaginer la fin, dans l'immédiat, de l'isolement de toute personne testée positive au virus: «l'avis de la HSCP a été émis au mois de juin, dans une situation qui n'est pas comparable à celle que l'on peut connaître en ce mois de septembre», commente ainsi Santé Publique France auprès de La Dépêche du Midi.

Dans son avis, en cas de situation sanitaire «défavorable», la HCSP recommandait toutefois un isolement d'au moins cinq jours pour les personnes infectées.

En pratique, la France n'est pas le seul pays à s'être penché sur la question. Au mois de mars dernier, l'Espagne a annoncé vouloir mettre fin à l'isolement systématique des personnes infectées par le virus. En pratique, seuls celle et ceux qui ont été testés positifs au Covid-19 et qui présentent des symptômes inquiétants doivent aujourd'hui s'enfermer chez eux.

Cette stratégie «comporte des risques en termes de transmission» du virus, reconnaissait alors Pedro Gullón, de la Société espagnole d’épidémiologie, dans les colonnes d'El Pais. Les autorités veulent surtout cesser de «consommer autant de ressources humaines et économiques» que lors des deux dernières années.

La pandémie a fait officiellement au moins 6,530,581 morts dans le monde depuis fin décembre 2019.

Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès (1,078,656), devant le Brésil (685,410), l'Inde (528,337) et la Russie (386,045).

L'OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui qui est officiellement établi.

Par Majda Benthami
Le 18/09/2022 à 15h30