Pays-Bas: des nervis pro-Zefzafi font incursion dans un consulat marocain et s’attaquent aux symboles nationaux

Consulat du Maroc à Utrecht (Pays-Bas). 
Consulat du Maroc à Utrecht (Pays-Bas).  . DR

Une poignée de nervis pro-Zefzafi résidant aux Pays-Bas ont emboîté le pas à leur triste «idole» et demandé à être déchus de leur nationalité marocaine, après avoir fait incursion et semé la pagaille dans le Consulat du Maroc à Utrecht. Grave!

Le 30/08/2019 à 19h39

Un nouveau palier dans l’hystérie anti-patriotique des pro-Zefzafi vient d’être franchi. Une poignée d’activistes au service de sombres agendas extérieurs ont fait incursion vendredi (30 août), dans le Consulat du Maroc à Utrecht, fanion de la fameuse «république rifaine» et photos de Zefzafi à la main, pour demander à être déchus de leur nationalité marocaine.

Pour tenter de donner un effet amplificateur à leur démonstration de farce, ils se sont fait accompagner d’un «journaliste» néerlandais, qui a immortalisé leur «chouha» devant la porte du Consulat marocain, avant d'entrer par effraction dans la représentation diplomatique, où il se sont livrés, à l’instar des bandits de grand chemin, à des actes d’intimidation à l’encontre des fonctionnaires, dont une femme! 

La séquence de ce numéro de cirque filmée et diffusée «en live» depuis le Consulat marocain a valu à leurs auteurs forcenés, ignares au demeurant, une avalanche de quolibets sur la centrifugeuse des réseaux sociaux. Et pour cause, car comment ces traîtres à la nation peuvent-ils s’autoproclamer «patriotes» et traîner en même temps leur attirail séparatiste (fanion de la fameuse république rifaine), demander à être déchus de la nationalité de cette même nation, tout en s’attaquant aux symboles forts de l’État marocain, à leur tête la monarchie?

Un paradoxe qui en dit beaucoup sur la déroute de cette bande d’écervelés, qui se laissent instrumentaliser, tout comme une moutonnaille, à des fins électoralistes par certains parlementaires néerlandais populistes et dénués de scrupules.

Maintenant, la question est de savoir la suite à donner à cette attaque perpétrée à l'encontre d'une représentation diplomatique d'un pays souverain, à l'intimidation de ses fonctionnaires et aux injures proférées contre les symboles de l'État marocain. 

Une riposte ferme de la part des autorités marocaines s'impose avec force et fermeté, pour remettre ces nervis décérébrés à leur véritable petite dimension. 

Par Ziad Alami
Le 30/08/2019 à 19h39