Droits de tirage spéciaux: une bouffée d’oxygène pour les réserves de change

Le siège du FMI. . DR

Revue de presseMise à disposition depuis lundi 23 août par le FMI, l'enveloppe de 1,2 milliard de dollars a vocation de renforcer les réserves en devises du Maroc qui atteindraient 328,5 MMDH à fin 2021 et 338,6 MMDH à fin 2022, soit plus de 7 mois d’importations de biens et services

Le 23/08/2021 à 22h22

Un peu de répit pour les réserves de change. Dans son édition du 24 août, Les Inspirations ECO annonce que le Maroc peut profiter de sa quote-part en Droits de tirage spéciaux (DTS) au FMI, depuis lundi 23 août qui porte sur un taux de 0,19% correspondant à environ 1,2 milliard de dollars US.

Le quotidien soutient que «cette manne financière pourrait renforcer la résilience des réserves en devises du Maroc qui devraient atteindre 328,5 MMDH à fin 2021 et 338,6 MMDH à fin 2022, soit l’équivalent de plus de 7 mois d’importations de biens et services. Reprises au niveau des avoirs extérieurs de BAM, elles sont également comptabilisés en engagements à long terme pour renforcer les réserves, les placer en contrepartie de devises, et les utiliser pour financer les dépenses. Ces fonds serviront aussi à «renforcer la confiance dans la solidité de l’écosystème monétaire marocain» puisqu’ils «constituent des comptes de liaison entre les Banques centrales à l’international et le FMI».

Et donc «plus cette relation est renforcée, plus le Maroc aura une meilleure accessibilité à l’appui financier du FMI». Il faut dire que «des réserves solides de change permettent de renforcer la confiance dans la monnaie nationale et de rétablir les indicateurs macroéconomiques, dans la perspective d’améliorer le rating et le positionnement risque du Royaume à l’international». Cela renforcera la stabilité du pays qui représente un gage pour les investisseurs étrangers et augmenter les (IDE). Le quotidien conseille d’orienter ces devises vers l’investissement, notamment dans les infrastructures et l’innovation dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Par Rachid Al Arbi
Le 23/08/2021 à 22h22