Ciments du Maroc: la dévaluation de la livre égyptienne pèse lourd sur les comptes de 2016

Usine Ciments du Maroc.
Usine Ciments du Maroc. . DR

Alors qu'en 2015, Ciments du Maroc s'en tirait avec un résultat net de plus d'un milliard de DH, au terme de 2016 le groupe subit un déficit de plus de 115 millions de DH, en raison de la forte dépréciation de ses participations dans la filiale égyptienne Suez Cement Company.

Le 03/03/2017 à 10h47

Comme attendu, les comptes de l’exercice 2016 de Ciments du Maroc sont lourdement impactés par la dévaluation subie par la livre égyptienne.

Le cimentier coté à la Bourse de Casablanca vient en effet de rendre public ses réalisations financières au titre de l’année sortante, et il en ressort un déficit de 115 millions de DH, au lieu d’un bénéfice de plus d'un milliard de DH en 2015. Cette situation découle d’une dotation de provision, constatée suite à la dépréciation de la valeur de la participation de Ciments du Maroc dans la société égyptienne Suez Cemet Company.

Au niveau opérationnel, le cimentier a connu un exercice plutôt normal, avec un chiffre d’affaires en hausse de 3,3% à 3,8 milliards de DH et un résultat d’exploitation de plus de 1,29 milliard de DH, soit en hausse de 9,8%. Ces performances ont été réalisées dans un contexte marqué par une légère augmentation des volumes de ciments vendus (+0,7%) alors que le marché local affichait une baisse de la consommation. Ciments du Maroc a notamment tiré son épingle du jeu grâce à de meilleures performances à l’export.

Par Younès Tantaoui
Le 03/03/2017 à 10h47