Casanearshore: un nouveau bâtiment sera bientôt construit par MedZ

Casanearshore, le parc dédié à l'offshoring de Casablanca. 
Casanearshore, le parc dédié à l'offshoring de Casablanca.  . DR

Le nouveau bâtiment devrait s’étendre sur envrion 40.000 m². L’annonce a été faite par le top management de MedZ lors de la session inaugurale des «Rendez-vous CDG», un cycle de rencontres entre les experts du groupe CDG, dirigé par Abdellatif Zaghnoun, et les professionnels des médias.

Le 31/01/2020 à 14h48

Le secteur de l’offshoring a été à l’honneur de cette première rencontre, organisée à Casablanca hier, jeudi 30 janvier 2020, avec les journalistes. Le programme des «Rendez-vous CDG» prévoit des sessions d'échanges avec les médias autour des secteurs d'activité sur lesquels opère le groupe CDG, tels que la gestion de l'épargne, la retraite & prévoyance, le développement territorial, le tourisme, l'investissement ou encore la banque & finance.

Le directeur général de la CDG, Abdellatif Zaghnoun, a tenu à marquer cet évènement par sa présence, entouré du staff dirigeant de la filiale MedZ, spécialisée dans l’aménagement et le développement de zones d’activités économiques.

MedZ compte à son actif quatre zones offshore, drainant à elles seuls 40.000 emplois (sur un total de 100.000 pour tout le secteur).

Il s’agit de Casanearshore (250.000 m²-30.000 emplois); Rabat Technopolis (70.000 m²-8.000 emplois)), Fès Shore (26.000 m²-2.000 emplois) et Oujda Shore (7.000 m²-200 emplois).

A ce jour, Medz a investi pas moins de 4 milliards de dirhams, et ne compte d'ailleurs pas s’arrêter en si bon chemin. Un milliard de dirhams seront investis à l’horizon de 2022.

«Le parc de Casanearshore, qui accueille aujourd’hui plus de 100 entreprises sera enrichi d’une surface supplémentaire de 100.000 m². Un nouveau bâtiment y sera construit, occupant une zone de 40.000 m². Il sera prêt en 2022», révèle Omar El Yazghi, PDG de MedZ.

Le secteur de l’offshoring est en effet promis à un bel avenir. Les dernières statistiques font état d’un chiffre d’affaires à l’export de 13 milliards de dirhams à fin 2019, contre seulement 7,2 milliards de dirhams en 2013. 

«Il y a un réel potentiel de croissance, mais à condition d’accompagner le secteur par une montée en valeur dans différents domaines, notamment la formation, le multilinguisme, l’infrastructure, l’innovation, etc.», soutient Abderrafie Hanouf, membre du directoire de MedZ en charge de l’offshoring.

Le marché mondial de l’offshoring s'inscrit dans une trajectoire de croissance solide, malgré le ralentissement économique. Le chiffre d’affaires du marché mondial a été multiplié par 4 en l’espace de 10 ans, malgré les baisses des prix.

Par Wadie El Mouden
Le 31/01/2020 à 14h48