Huile d’olive: les margines polluent et provoquent des accidents

Les margines polluent la nappe phréatique.
Les margines polluent la nappe phréatique. . DR

Revue de presseKiosque360. Les déchets oléicoles, notamment les margines, dégagés des procédés d’extraction d’huile d’olive dans le Nord, et déversés sauvagement dans la nature, altèrent l’environnement et provoquent des accidents de la circulation. Les détails dans cette revue de presse tirée du quotidien Al Akhbar.

Le 06/01/2023 à 19h13

Les opérations de récolte et surtout d’extraction de l’huile d’olive dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, sans respect des règles environnementales, provoquent d’innombrables effets pervers.

En effet, le déversement sauvage des margines dégagées des procédés d’extraction de l’huile d’olive par des unités de trituration ou de conserveries d’olive, pollue la nappe phréatique, les cours d’eau et provoque des accidents de circulation sur les routes régionales et provinciales à Larache, Ouazzane et Chefchaouen. «Ces margines noires déversées sauvagement dans la nature atteignent les routes et provoquent un glissement de la chaussée et des accidents de la circulation», rapporte le quotidien Al Akhbar dans son édition du week-end des 7 et 8 janvier.

De même, le phénomène altère l’environnement et impacte la santé du cheptel dont la consommation en eau vient des rivières polluées par ces déchets oléicoles. Dans ce sillage, les sources du quotidien s’interrogent sur le sort des budgets alloués aux opérations de sauvegarde de l’environnement par l’ancien bureau du conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima. Il s’agit surtout, indiquent les mêmes sources, «de la deuxième tranche du projet de construction d’une unité de traitement des déchets oléicoles dans la région».

Pour faire face à cette situation, qui a mis en état d’alerte les associations de protection de l’environnement et les autorités compétentes, «l’actuel conseil de la région vient de débloquer une enveloppe budgétaire de dix millions de dirhams pour la construction d’une unité de traitement des déchets oléicoles, 3.6 millions de dirhams pour l’achat des camions citernes pour le transport des déchets et 8.000 dirhams pour le foncier», précisent les mêmes sources. Ce projet, qui comprend d’autres infrastructures, est accompagné par le ministère de l’Equipement et de l’eau, le ministère de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, l’Agence du bassin hydraulique de Sebou et l’Agence du bassin hydraulique du Loukkos.

Par Mohamed Younsi
Le 06/01/2023 à 19h13