De nouvelles mesures pour améliorer la qualité du contrôle du Label Cacher au Maroc

Une cliente s'approvisionne dans une boulangerie qui suit les rites de la cacheroute, à Casablanca, le 11 décembre 2020.

Une cliente s'approvisionne dans une boulangerie qui suit les rites de la cacheroute, à Casablanca, le 11 décembre 2020. . Fadel Senna / AFP

La Commission de la cacheroute de Casablanca annonce avoir pris «certaines mesures aptes à améliorer la qualité de ses contrôles du Label Cacher-Maroc» dans le Royaume, notamment à Marrakech et à Casablanca.

Le 08/11/2022 à 10h43

Dans un communiqué, la Commission de la cacheroute de Casablanca (CCDC) indique avoir pris, depuis octobre dernier, des mesures aptes à améliorer la qualité de ses contrôles du Label Cacher-Maroc sur le territoire marocain, notamment à Marrakech et Casablanca. La Cacheroute désigne l'ensemble des règles alimentaires juives, dont la source se trouve dans la Torah.

Tous les traiteurs, restaurants et pâtisseries de Casablanca disposant d’une Teoudah (certificat qui atteste que les produits sont casher) valide, sont sous la surveillance du Rabbin Juge Gabriel Kessous, en tant que mashguiyah klali (responsable de cacheroute en chef) représentant du Beth Din, du Maroc, tout en restant également en charge et responsable des abattages de viandes et volailles.

A Marrakech, poursuit la Commission de la cacheroute de Casablanca, un certain nombre de restaurants, traiteurs et boulangeries disposant d’une Teoudah valide, sont sous le contrôle de la CCDC, sous la surveillance d’un mashguiyah klali (responsable de cacheroute en chef) en la personne du Rav Berdah.

La CCDC indique, par ailleurs, qu’elle s’active à la certification d’unités de productions à travers tout le Royaume afin de proposer dans un avenir très proche un certain nombre de produits labellisés Casher Maroc (vins, saumons et truites fumés, produits lactés, biscuits, etc.) qui viendront étoffer la liste des produits autorisés.

Dans ce même contexte, la CCDC a établi des relations de coopération aussi étroites que confiantes avec plusieurs grands Rabbinats étrangers qui apprécient les efforts fructueux déjà entrepris pour améliorer le niveau de la cacheroute au Maroc, conclut le communiqué. 

Par Hajar Kharroubi
Le 08/11/2022 à 10h43