Covid-19 au Maroc: 21 nouvelles contaminations en 24 heures, aucun décès et 169 cas actifs

Des personnes attendent de recevoir une injection d'un vaccin anti-Covid-19, dans un centre de vaccination à Salé, le 6 octobre 2021.

Des personnes attendent de recevoir une injection d'un vaccin anti-Covid-19, dans un centre de vaccination à Salé, le 6 octobre 2021. . MAP

Aucun décès, 21 nouveaux cas de contamination et 15 guérisons ont été confirmés dans le Royaume, les 13 et 14 septembre 2022, alors que plus de 6,78 millions de personnes ont reçu la troisième dose. Le suivi de la pandémie, en chiffres.

Le 14/09/2022 à 14h53

Nouveaux cas de contamination, rémissions, nombre de dépistages effectués, vaccinations, etc. Pour en savoir plus sur l'évolution du coronavirus au Maroc, cliquez sur ce lien: https://covid.le360.ma.

© Copyright : DRAu Maghreb, l'Algérie ne communique pas le nombre de tests de dépistage, ce qui laisse penser que le nombre de contaminations est bien supérieur aux chiffres officiels. Le dernier bilan arrêté fait état de 10 cas de contamination, aucun décès et 9 guérisons. Le pays totalise 270.561 cas de contamination, dont 6.879 décès et 182.203 guérisons.

En Tunisie, 339 cas de contamination, 3 décès et 1.198 guérisons ont été enregistrés, selon le dernier bilan hebdomadaire disponible. Le pays totalise 1.145.163 cas de contamination, dont 29.243 décès et 1.131.730 guérisons depuis mars 2020.

En Mauritanie, un cas de contamination a été enregistré, selon le dernier bilan disponible. Le pays comptabilise 62.778 cas de contamination, dont 993 décès.

L'Equateur, qui a été l'un des premiers foyers de Covid-19 en Amérique latine, a dépassé le million de cas cumulés, a déclaré mardi le ministère de la Santé.

Le nombre d'infections est passé à 1.000.214 lundi, après une augmentation de 377 cas lors de la dernière journée, a indiqué le ministère dans son rapport régulier.

Le nombre officiel de morts s'élève à 35.885, même si les autorités affirment que le nombre réel de décès lui est supérieur.

Le régulateur sud-africain des médicaments a signalé deux cas mortels du syndrome de Guillain-Barré (SGB), une rare atteinte neurologique, chez des personnes qui avaient reçu le vaccin anti-Covid du laboratoire américain Johnson & Johnson (J&J).

L'autorité de Santé (SAHPRA) avait signalé un premier décès le 4 août. «La SAHPRA a été informée d'un second cas mortel du syndrome de Guillain-Barré après une vaccination avec le vaccin contre le Covid-19 de Janssen», a-t-elle déclaré lundi dans un communiqué.

Contacté par l'AFP, J&J a souligné mardi dans une réponse écrite que «de très rares cas du trouble neurologique, le syndrome de Guillain-Barré, ont été signalés après une vaccination avec le vaccin Janssen contre le Covid-19, la plupart survenant au cours des 42 premiers jours suivant la vaccination».

«Le SGB est un effet indésirable très rare mais grave qui est associé à l'administration de divers vaccins et autres médicaments et qui peut également être déclenché par des infections telles que le SRAS-CoV-2», a ajouté le laboratoire, sans faire directement référence aux cas sud-africains.

La SAHPRA n'a pas donné plus de détails sur les patients décédés, invoquant «le secret médical». Elle avait toutefois signalé dans son communiqué que «les effets signalés chez la personne vaccinée correspondaient à la définition de cas de SGB et aucune autre cause probable de SGB n'a été identifiée».

Le syndrome de Guillain-Barré est une atteinte des nerfs périphériques caractérisée par une faiblesse voire une paralysie progressive, débutant le plus souvent au niveau des jambes et remontant parfois jusqu'à atteindre les muscles de la respiration puis les nerfs de la tête et du cou.

La pandémie a fait officiellement au moins 6.521.037 morts dans le monde depuis fin décembre 2019.

Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès (1.076.343), devant le Brésil (685.057), l'Inde (528.216) et la Russie (385.628).

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui qui est officiellement établi.

Par Majda Benthami
Le 14/09/2022 à 14h53