Covid-19 au Maroc: 18 nouvelles contaminations en 24 heures, aucun décès et 72 cas actifs

Test PCR.

Un test PCR.. DR

Aucun décès, 18 nouveaux cas de contamination et 6 guérisons ont été confirmés dans le Royaume, les 6 et 7 février 2023. Les cas encore actifs s’élèvent à 72, alors que plus de 6,87 millions de personnes ont reçu la troisième dose. Le suivi de la pandémie, en chiffres.

Le 07/02/2023 à 14h21

Nouveaux cas de contamination, rémissions, nombre de dépistages effectués, vaccinations... Pour en savoir plus sur l’évolution du coronavirus au Maroc, cliquez sur ce lien: https://covid.le360.ma.

Au Maghreb, l’Algérie ne communique pas le nombre de tests de dépistage, ce qui laisse penser que le nombre de contaminations est bien supérieur aux chiffres officiels. Le dernier bilan arrêté ne fait état d’un seul cas de contamination, alors qu’aucun décès n’a été déploré. Le pays totalise 271.395 cas de contamination, dont 6.881 décès et 182.763 guérisons.

En Tunisie, 121 nouveaux cas de contamination et 4 décès ont été enregistrés, selon le dernier bilan disponible. Le pays totalise 1.150.477 cas de contamination, dont 29.312 décès et 1.134.835 guérisons depuis mars 2020.

En Mauritanie, aucun cas de contamination ni décès n’a été enregistré, selon le dernier bilan disponible. Le pays comptabilise à ce jour 63.665 cas de contamination au Covid-19, dont 997 décès.

Aucun nouveau variant du Covid-19 n’a émergé à Pékin dans les semaines qui ont suivi la fin de la politique dite du «zéro Covid» décidée par la Chine en fin d’année dernière, selon une nouvelle étude publiée mardi dans la revue The Lancet.

La Chine a connu une explosion d’infections après avoir levé ses strictes mesures sanitaires à partir de début décembre, faisant craindre que le pays le plus peuplé du monde ne devienne un terreau fertile pour de nouvelles souches plus transmissibles ou plus graves.

De nombreux pays ont rapidement imposé de nouvelles restrictions aux voyageurs en provenance de Chine, invoquant un manque de transparence sur l’ampleur de l’épidémie, ce qui a provoqué la colère de Pékin. Mais selon une nouvelle étude publiée dans la revue The Lancet, menée par des chercheurs chinois et qui a analysé 413 échantillons de Pékin séquencés entre le 14 novembre et le 20 décembre, «il n’y a aucune preuve que de nouveaux variants aient émergé» pendant cette période.

Plus de 90% des cas étaient des sous-variants BF.7 et BA5.2 d’Omicron déjà présents en Chine, qui ont été dépassés dans les pays occidentaux par des sous-variants plus transmissibles.

BF.7 représentait les trois quarts des échantillons, tandis que plus de 15% étaient des variants BA5.2, selon l’étude. «Notre analyse suggère que deux sous-variants déjà connus d’Omicron ont été principalement responsables de la poussée de cas à Pékin, et probablement en Chine dans son ensemble», a déclaré dans un communiqué l’auteur principal de l’étude, George Gao, virologue à l’Institut de microbiologie à l’Académie chinoise des sciences.

Wolfgang Preiser et Tongai Maponga, virologues de l’Université de Stellenbosch en Afrique du Sud non impliqués dans la recherche, ont toutefois averti que la période de l’étude couvrait seulement quelques semaines après la levée par la Chine de ses mesures «zéro Covid».

«Si de nouveaux variants ont émergé au cours de la vague, l’étude était probablement trop ancienne pour les détecter», ont-ils déclaré dans un commentaire du Lancet.

La Chine a également considérablement réduit ses tests, affectant potentiellement les résultats, qui ne couvrent d’ailleurs que Pékin et non l’ensemble du pays, ont-ils ajouté. Les virologues ont cependant salué ces «données indispensables de la Chine».

La pandémie a fait officiellement au moins 6.773.697 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un dernier bilan. Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès (1.136.448), devant le Brésil (697.439), l’Inde (530.745) et la Russie (395.362).

L’Organisation mondiale de la santé estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui qui est officiellement établi.

Par Majda Benthami
Le 07/02/2023 à 14h21