Cinquième vague de Covid-19 au Maroc: ce qu’il faut retenir

Une professionnelle de santé remplit une seringue avec la formulation liquide du vaccin anti-Covid-19, le 23 septembre 2021 à Fès. . MAP

Le 27/12/2022 à 14h49

VidéoLe Maroc connaît «une cinquième petite vague de propagation communautaire du virus SARS-CoV-2», laquelle a commencé début novembre et a atteint son pic quatre semaines plus tard, a annoncé, ce mardi 27 décembre 2022, Mouad Merabet, coordinateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique.

La cinquième vague de Covid-19 que connaît le Maroc devrait se terminer dans les prochains jours, a indiqué, ce mardi 27 décembre 2022, Mouad Merabet, coordinateur du Centre national des opérations d’urgence de santé publique du ministère de la Santé et de la Protection sociale. Celle-ci sera suivie d’une cinquième intervague, caractérisée par une faible propagation du virus.

Concernant le niveau de prévalence du Covid-19 au Maroc, il est considéré, selon ce médecin, comme faible dans cinq régions et moyen dans sept autres, en sachant que le niveau rouge n'a pas été atteint lors de cette vague. Quant aux souches du virus circulant dans le pays, le Dr Merabet signale que le variant Omicron demeure dominant dans le Royaume et dans le monde, la vague actuelle étant mue par le sous-variant BQ.1 et ses sous-lignages.

التصريح الصحفي الشهري الخاص بالحالة الوبائية لجائحة كوفيد -19

Posted by Ministère de la Santé et de la Protection Sociale du Maroc on Tuesday, December 27, 2022

Dans le détail, le BQ.1 et ses sous-lignages constituent 91% des cas recensés, XBB.1 représente 4%, tandis que les 5% restants sont répartis entre d’autres sous-variants de l'Omicron.

Par ailleurs, Mouad Merabet relève que la vague actuelle se caractérise notamment par une baisse importante du niveau de virulence et de létalité, expliquant que seulement 49 cas ont été admis dans les services de réanimation et de soins intensifs, alors que 13 personnes sont décédées des complications du Covid-19. Le taux de létalité actuel est ainsi de 0,2%, soit trois fois inférieur à celui observé lors de la première vague de l'Omicron (0,6%).

Les personnes décédées ont un âge moyen de 65 ans. Elles souffraient toutes de maladies chroniques et de déficits immunitaires et aucune d'entre elles n'avait reçu la dose de rappel du vaccin contre le Covid, poursuit cet expert.

Concernant la campagne nationale de vaccination, le Dr Merabet indique que le taux de couverture par la dose booster (3e dose) se chiffre à 18,7%, alors que plus de 57.000 personnes ont reçu la dose de rappel (4e dose).

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale appelle les personnes présentant des symptômes respiratoires à porter un masque et à cesser toute activité professionnelle ou sociale, tout en se rendant dans les établissements de santé pour subir un diagnostic et recevoir le traitement approprié, d'autant plus que la période actuelle se caractérise aussi par une propagation des virus respiratoires saisonniers.

Par Hajar Kharroubi
Le 27/12/2022 à 14h49