Sécurité alimentaire: les stocks de blé du Maroc couvrent une consommation de quatre mois, annonce Mustapha Baitas

Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, lors de sa conférence hebdomadaire tenue au terme du conseil du gouvernement, jeudi 19 mai 2022.
Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, lors de sa conférence hebdomadaire tenue au terme du conseil du gouvernement, jeudi 19 mai 2022. . Brahim Moussaaid / Le360
Le 19/05/2022 à 19h04

VidéoInterrogé sur la crise du blé qui est en train d’affecter le monde à cause de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas, a assuré, jeudi 22 mai 2022, que les stocks du Maroc en blé dur et tendre couvrent une consommation de 4 mois. Le Maroc est doté de «mécanismes» pour s’approvisionner sans risque.

Répondant à une question posée par Le360, le porte-parole du gouvernement, qui est également ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, a rappelé que la conjoncture et les mutations internationales ont conduit à une hausse vertigineuse des prix du blé que le gouvernement continue de supporter et ce, depuis janvier dernier. 

«Malgré cette crise et son impact, le gouvernement continuera à soutenir les prix de cette denrée afin de préserver le pouvoir d’achat des citoyens», a déclaré Mustapha Baitas.

Et de préciser que «le Maroc possède un ensemble de mécanismes qui lui permettent de renouveler le stock national et de le consolider dans toutes les étapes».

Le porte-parole a laissé entendre que le gouvernement n’affrontera donc pas de problème d’approvisionnement à l’avenir car, a-t-il dit sans autre précision, le Maroc «importe le blé d’un ensemble de marchés internationaux».

Revenant sur la flambée du prix de cette céréale, Mustapha Baitas a souligné que «Le Maroc a déployé des efforts importants pour soutenir les prix de ce produit, en particulier du blé tendre».

«Actuellement le soutien du prix du blé tendre par l’Etat a atteint 200 dirhams la tonne, contre 100 dirhams dernièrement et 70 dirhams en moyenne avant la crise», a-t-il affirmé en réitérant la volonté du gouvernement de continuer à appuyer le tarif de cette denrée afin de préserver le pouvoir d’achat des citoyens.

Pour rappel, le Maroc importe en moyenne, chaque année, 3 à 4 millions de tonnes de blé tendre et 800.000 à 900.000 tonnes de blé dur.

Par Mohamed Chakir Alaoui et Brahim Moussaaid
Le 19/05/2022 à 19h04