Partis: les gauchistes reprennent leur processus de réunification

Des membres de la FGD, pour les élections de 2016.

Des membres de la FGD, pour les élections de 2016. . DR

Revue de presseKiosque360. Annoncée pour fin 2019, la fusion des partis composant la Fédération de la Gauche Démocratique (FGD) se fait toujours attendre. Devenue une coalition suite au retrait du PSU de Nabila Mounib, ses leaders parviendront-ils à réunifier la gauche ? Éléments de réponse dans cette revue de presse du quotidien Assabah.

Le 28/12/2021 à 00h46

La Coalition de la Fédération de la Gauche Démocratique reprend son processus de réunification, en relançant les préparatifs du congrès de la fusion de ses composantes. Ces préparatifs ont été lancés par une série de rencontres politiques, marquées par la présence de leaders de cette coalition, mais aussi d’intellectuels et de gauchistes, relève le quotidien Assabah dans sa livraison du 28 décembre.

Pour rappel, la Coalition de la fédération de gauche, née peu avant les dernières échéances électorales du 8 septembre 2021, est composée du parti Congrès National Ittihadi (CNI) et du Parti de de l’Avant-garde Démocratique et Socialiste (PADS), après que le Parti Socialiste Unifié (PSU), mené par Nabila Mounib, ait décidé de faire cavalier seul lors du triple scrutin dernier.

Cette décision du PSU avait été alors contestée par le CNI et le PADS, mais aussi par des militants du PSU qui ont ensuite décidé de rallier la nouvelle Coalition au sigle de l’enveloppe. Sans doute parce qu’ils croyaient dur comme fer que les trois partis, réunis lors des élections législatives de 2016 sous les couleurs de la FGD, allaient bientôt former une seule et unique formation de gauche. Cette fusion, pourtant annoncée pour fin 2019, a été remise aux calendes grecques suite au retrait du PSU.

A en croire le quotidien Assabah, cette fusion est aujourd’hui remise au goût du jour, avec le PADS, le CNI, des intellectuels et des gauchistes, mais sans le parti de Nabila Mounib. Il y va de la survie de la gauche, selon tous les protagonistes de cette fusion attendue par plusieurs militants issus de la gauche.

Mais, les observateurs des différentes expériences de réunification de la gauche, cités par le journal, estiment que le rêve de construction de ce grand parti de gauche, formulé par les militants gauchistes depuis des décennies, affronte plusieurs obstacles et défis. A commencer par les différentes expériences organisationnelles et politiques des composantes de la gauche. Les différends politiques et organisationnels ont aussi joué un rôle pour empêcher cette réunification tant attendue.

Selon le quotidien, tous ces obstacles ont empêché par le passé la réussite de tous les projets d’union et de réunification de la gauche, réclamées par les militants depuis des décennies. L’expérience de la Coalition de la fédération de gauche réussira-t-elle là où les autres ont échoué ?

Par Khalil Rachdi
Le 28/12/2021 à 00h46