Parlement: Talbi Alami explique le vote du RNI pour Habib El Malki

Rachid Talbi Alami, ministre de la Jeunesse et des sports
Rachid Talbi Alami, ministre de la Jeunesse et des sports . DR

Revue de presseKiosque360. L’ancien président de la Chambre des représentants, le RNIste Rachid Talbi Alami, a affirmé que les intérêts supérieurs de la Nation avaient poussé son parti à voter pour l’USFPiste Habib El Malki. Compte rendu.

Le 19/01/2017 à 22h15

Lors de son intervention au Parlement en tant que président du groupe des élus RNIstes, Rachid Talbi Alami a pris tout le monde de court en se lançant dans la défense de Habib El Malki, son successeur au Perchoir.

Dans son édition de ce vendredi 20 janvier, Assabah rapporte ainsi que Talbi Alami a déclaré que bien que le parti de la Rose n’ait remporté que vingt sièges lors du scrutin législatif du 7 octobre 2016, le choix du RNI pour El Malki trouvait son explication dans le souci de défendre les intérêts supérieurs de la Nation. Et le quotidien d'ajouter que le leader du parti de la Colombe a affirmé que l’expérience de Habib El Malki et les réseaux de l’USFP, surtout à l’intérieur de l’Internationale socialiste, seront d'une aide précieuse à la défense de la cause nationale.

Talbi Alami a également justifié le choix de son parti par la proximité qu’a Habib El Malki avec Antonio Guterres, nouveau secrétaire général de l’ONU, sachant que les deux hommes s’étaient longtemps côtoyés au sein de l’Internationale socialiste.

L’élection de Habib El Malki à la présidence de la Chambre des représentants avait suscité une grande polémique au Parlement, mais aussi auprès de l’opinion publique. Pour la plupart, il était incompréhensible, voire inconcevable, que la présidence de cette Chambre revienne à un parti qui n’a remporté que vingt sièges face à d’autres comme le PJD avec ses 125 députés ou encore le PAM avec ses 105 élus.Sauf que Habib El Malki était parti favori d'emblée avec les voix du PAM, du RNI et de l’UC, formations qui lui avaient publiquement apporté leur soutien.En fin de compte, il est arrivé au Perchoir avec 198 voix sur 395, malgré un vote blanc du PJD et l’abstention de l’Istiqlal dont les élus se sont retirés lors de la séance plénière de lundi dernier.

Par Zineb El Ouilani
Le 19/01/2017 à 22h15