La délégation du gouvernement catalan en Afrique du Nord sera transférée de la Tunisie vers le Maroc

Victòria Alsina Burgués, conseillère du gouvernement catalan pour la politique extérieure.

Victòria Alsina Burgués, conseillère du gouvernement catalan pour la politique extérieure. . DR

La délégation du gouvernement autonome catalan, appelée également «ambassade de la Catalogne à l’étranger», qui couvre actuellement l’Afrique du Nord, sera transférée de la Tunisie vers le Maroc, a annoncé, lundi 7 mars 2022, la conseillère du gouvernement catalan pour la politique extérieure, Victoria Alsina.

Le 07/03/2022 à 17h25

La délégation du gouvernement catalan en Tunisie, qui couvre également le Maroc, sera transférée à Rabat et sera la délégation de l’exécutif régional en Afrique du Nord, a précisé Victoria Alsina lors d’une conférence de presse, ce lundi 7 mars 2022 à Barcelone.

Le gouvernement catalan prévoit également d'ouvrir cette année 6 nouvelles délégations à l'étranger, qui s'ajouteront aux 14 déjà existantes et qui renforceront la présence de l’exécutif régional en Afrique, en Amérique ainsi qu'en Asie.

Il est à noter que le gouvernement catalan, également appelé «la Generalitat» (Généralité de Catalogne), dispose d'un réseau de délégations à l'étranger pour renforcer la présence de la Catalogne dans le monde et les liens avec les pays stratégiques. La Generalitat est, selon le statut d'autonomie de la Catalogne de 2006, le système institutionnel qui organise politiquement le gouvernement autonome de la Catalogne.

Les délégations de la Généralité sont présentes dans plusieurs capitales notamment européennes, notamment à Paris, Bruxelles (auprès de l’UE), Rome, Londres, Berlin, Washington, Vienne, ou encore Lisbonne. Des délégations sont également déployées dans certains ensemble régionaux, comme «les Etats nordiques et baltes», «l’Europe centrale», ou «les Balkans».

Le gouvernement central espagnol s’oppose à l’ouverture de ces délégations catalanes à l’étranger. Des formations politiques comme le Parti populaire (PP) et Ciudadanos soulignent que ces structures sont une «arme de propagande» des indépendantistes catalans, appelant à surveiller leurs activités.

Par Nisrine Zaoui
Le 07/03/2022 à 17h25