La chute continue des prix du pétrole enfonce davantage l'Algérie

Une Algérie effondrée, à l'image de l'état de santé de son président. . DR

Les prix du pétrole dégringolent au-dessous de la barre de 50 dollars le baril, rétrécissant encore plus la marge de manœuvre du gouvernement algérien. Les contours d’une banqueroute économique se précisent.

Le 05/08/2015 à 11h59

Encore une nouvelle chute des prix du pétrole, qui ont atteint ce record historique de 49,71 dollars le baril. Et ce n’est pas tout. Ces prix pourraient dégringoler jusqu’à 40 dollars le baril, avec la levée annoncée des sanctions économiques imposées à l’Iran après la signature de l’accord nucléaire.

Une expectative qui donne de grosses sueurs froides à l’Algérie, dont la marge de manoeuvre se rétrécit à vue d’œil. 98% des recettes engrangées par ce pays proviennent de l’exportation des hydrocarbures et le plongeon continu des prix du pétrole risque de le mener droit au pied du mur.

Une crise que viennent aggraver des décisions désastreuses prises par le gouvernement Sellal, dont l’augmentation dernièrement du Salaire minimum acquis en Algérie. Ce qui signifie une pression supplémentaire sur des caisses publiques en voie d’assèchement.

Par Ziad Alami
Le 05/08/2015 à 11h59