Immigration clandestine: à Rabat, Fernando Grande-Marlaska et Ylva Johansson apportent leur soutien au Maroc

Abdelouafi Laftit, ministre de l'Intérieur, avec son homologue espagnol, Fernando Grande-Marlaska Gomez, et Ylva Johansson, la commissaire européenne aux Affaires intérieures.
Abdelouafi Laftit, ministre de l'Intérieur, avec son homologue espagnol, Fernando Grande-Marlaska Gomez, et Ylva Johansson, la commissaire européenne aux Affaires intérieures. . DR

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, s’est entretenu, ce vendredi 8 juillet 2022 à Rabat, avec le ministre de l’Intérieur espagnol, Fernando Grande-Marlaska Gomez et la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson. Voici le contenu de leurs échanges, qui ont porté essentiellement sur la question migratoire.

Le 08/07/2022 à 14h04

La réunion a porté sur un message clair et précis de l’Espagne et de l’UE au Maroc, après le drame de Melilia: les deux parties apportent un soutien ferme au Maroc dans sa lutte contre l’immigration clandestine.

Selon une source gouvernementale, le message a consisté à dire au Maroc, à travers son ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, que la lutte contre l’immigration clandestine est une «responsabilité partagée». Ce message s’adresse aussi «à ceux qui dénigrent à tort le Maroc».

Le drame de Melilia a fait 23 morts parmi les 2.000 migrants, essentiellement soudanais arrivés au Maroc en provenance de l’Algérie. Les victimes ont été écrasées lors des bousculades énormes qui ont également fait 210 blessés, dont 140 parmi les forces de l’ordre. Les assaillants ont attaqué les forces de l’ordre à l’aide de divers gourdins et projectiles ainsi que d’armes blanches.

La visite du ministre de l’Intérieur de l’Espagne et de la commissaire européenne aux Affaires intérieures intervient à «la demande de ces derniers», selon la même source, afin «d’apporter leur appui au Maroc dans ses efforts de lutte contre le crime organisé, y compris le trafic des êtres humains.

Récemment, Ylva Johansson a souligné qu’il était nécessaire, pour l’Union européenne, «d’établir des partenariats qui s’attaquent aux causes profondes de la migration, d’améliorer les possibilités de migration légale et de soutenir les partenaires dans la gestion des frontières». Et d’ajouter que «Le Maroc est un partenaire stratégique clé de l’Union européenne pour gérer la migration et lutter contre la contrebande. Rien que cette année, le Maroc a empêché 26.000 départs irréguliers, dont le dixième est sauvé en mer», a indiqué la commissaire européenne.

Pour elle, la tragédie de Melilia «montre une fois de plus que l’Europe a besoin du pacte sur la migration et l’asile».

Par Mohamed Chakir Alaoui
Le 08/07/2022 à 14h04