Agents d’autorité: Laftit prépare de nouveaux profils et un profond remue-ménage

Abdelouafi Laftit, ministre de l'Intérieur, en réunion aves les walis. . MAP

Revue de presseKiosque360. Après le séisme politique qui a balayé, il y a quelques mois, des hauts commis de l’Etat, coupables de frilosité, l’heure est la remise en ordre à l’Intérieur. De nouveaux profils de walis et gouverneurs -efficaces, méritants et compétents- seront bientôt promus.

Le 21/06/2018 à 23h53

L’heure de la reddition des comptes de la part des walis et des gouverneurs a-t-elle sonné? C’est en tout cas sous ce titre que le quotidien Al Akhbar de ce vendredi 22 juin rapporte que le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit vient de recevoir des instructions royales fermes allant dans ce sens. Il s’agirait en effet d’une injonction en vue de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour mettre aux commandes des villes et des régions des agents d’autorité beaucoup plus efficaces. Cela passe, selon les instructions royales, par une meilleure valorisation des ressources humaines que recèle le département de l’Intérieur en particulier et le pays en général.

Dans un communiqué du département de Laftit, on apprend ainsi qu’une nouvelle procédure sera appliquée pour mieux sélectionner les futurs agents d’autorité, procédure basée sur le mérite, la compétence et l’égalité des chances. Mieux, le principe constitutionnel liant responsabilité et reddition des comptes entrera pleinement en vigueur, et l’action des walis et gouverneurs sera désormais jugée à son aune.

Pour le quotidien Assabah, les récentes instructions royales peuvent être interprétées comme une insatisfaction du souverain vis-à-vis du rendement de nombreux hauts commis de l’Etat, dont bon nombre ont été balayés par le séisme politique d’il y a maintenant un semestre. Aucune impunité, ni immunité ne doivent plus profiter à ces agents d’autorité, si les conseils de discipline du ministère de l’Intérieur enregistrent à leur encontre des manquements dans l’exercice de leurs responsabilités.

Pour sa part, et sous le titre «Agents d’autorités, une révolution au ministère de l’Intérieur», Al Ahdath Al Maghribia rappelle que Laftit avait remis au roi Mahammed VI un rapport détaillé sur les hauts commis de l’administration territoriale. Dans ce dernier, un wali, six gouverneurs, six secrétaires généraux, 28 pachas et présidents de commune ou d’arrondissement, 122 caïds et 17 khalifes ont été placés sur le grill. D’autres cas sont venus depuis allonger cette liste, ce qui fait écrire aux trois quotidiens précités qu’il va falloir s’attendre à un imminent et profond chamboulement dans le corps des agents d’autorité.

Par Mohamed Deychillaoui
Le 21/06/2018 à 23h53