Croissance au Maroc: ce qu’en dit le FMI

Le siège du FMI. . DR

Revue de presseLe Maroc devrait connaître une croissance de 3,1% cette année et 3,3% en 2025, selon les projections du Fonds monétaire international (FMI) publiées mardi dans sa mise à jour des perspectives de l’économie mondiale. Cet article est une revue de presse tirée de Finances News.

Le 16/04/2024 à 21h14

Dans ce rapport rendu public à l’occasion de ses réunions de printemps à Washington avec la Banque mondiale, le Fonds monétaire international table sur une croissance de 3,1% cette année et 3,3% en 2025 au Maroc. L’institution financière internationale prévoit une inflation établie à 2,2% en 2024 et à 2,5% en 2025, indique l’hebdomadaire Finances News.

S’agissant du taux de chômage, il devrait atteindre 12% cette année avant de baisser légèrement à 11,5% en 2025. Le FMI estime que le solde du compte courant du Royaume va s’établir à -2,6% en 2024 puis à -2,9% l’année suivante. «Au niveau de la région Moyen-Orient et Asie centrale, la croissance devrait atteindre 2,8% cette année et 4,2% en 2025, alors qu’en Afrique subsaharienne, le taux de croissance se chiffre à 3,8% en 2024 et à 4% l’année suivante», lit-on.

Par ailleurs, l’institution de Bretton Woods anticipe une croissance mondiale résiliente pour 2024 et 2025 autour de 3,2%, estimant que la plupart des indicateurs semblent annoncer un «atterrissage en douceur». Cette croissance demeure «inégale» au regard des nombreuses difficultés à l’horizon, dont les conflits qui «continuent d’entraîner des pertes en vies humaines et d’augmenter l’incertitude», relève l’institution basée à Washington.

D’après les dernières projections, la croissance pour 2024 et 2025 restera stable autour de 3,2 %, et le taux médian d’inflation globale baissera, passant de 2,8 % à la fin de cette année à 2,4 % à la fin de 2025. «La résilience de la croissance et l’accélération de la désinflation s’expliquent par l’évolution favorable de l’offre, notamment la dissipation des chocs sur les prix de l’énergie», explique la même source, en relevant l’impact du rebond marqué de l’offre de main-d’œuvre soutenu par des flux d’immigration importants dans de nombreux pays avancés, ainsi que des mesures décisives en termes politique monétaire.

«Malgré ces évolutions bienvenues, de nombreuses difficultés persistent et des mesures décisives s’imposent», nuance le FMI qui se dit préoccupé par la hausse des taux d’inflation et les grandes disparités entre les pays en développement à faible revenu et le reste du monde.

Par Lamia El Ouali
Le 16/04/2024 à 21h14