Société

Vidéo. Usages légaux du cannabis: les enjeux médicaux, sociaux et économiques expliqués par un spécialiste

VidéoL’adoption du projet de loi sur les usages légaux du cannabis impose aujourd’hui de répondre à plusieurs questions majeures et de donner une image nette des véritables enjeux sur le sujet. Le point avec Hicham Kharmoudi, spécialiste en médecine des toxicomanies.

Par Hajar Toufik
Le 30/03/2021 à 12h04
cover: قراءة في مشروع قانون تقنين نبتة الكيف مع الدكتورهشام خرمودي
le360

Pour Hicham Kharmoudi, spécialiste en médecine des toxicomanies, l’adoption du projet de loi 13-21 relatif à l’usage légal du chanvre indien est une bonne nouvelle à plusieurs égards. "Cette mesure était attendue et souhaitée depuis longtemps, car elle soulève plusieurs enjeux sociaux et économiques très importants", indique-t-il.

Selon lui, les intérêts socio-économiques sont de taille et des défis majeurs attendent les autorités. "Le Maroc doit mettre la main sur les nouvelles parts d’un marché extrêmement compétitif et qui représente déjà plusieurs milliards de dollars. L’objectif est de devenir incontournable sur ce marché au potentiel gigantesque", ajoute notre interlocuteur.

Au niveau sanitaire, l’usage du cannabis à des fins thérapeutiques pourrait intervenir dans beaucoup de maladies. "Les études ont montré que les médicaments à base de cannabis sont utiles pour les personnes atteintes de sclérose en plaques ou de maladies cancéreuses. Le cannabis pourrait lutter contre les crises d’épilepsie et les douleurs chroniques", poursuit-il, tout en précisant que les études menées actuellement devront élargir la liste des pathologies susceptibles de bénéficier de cette plante.

Au plan curatif, Hicham Kharmoudi rappelle que "le fait de dépénaliser le cannabis et qu'il devienne principalement une préoccupation de santé et non un comportement criminel engendrera moins de stress, de peur et de tension pour les personnes concernées. Il permettra surtout aux producteurs du Rif de sortir de l’illégalité".

Dans sa déclaration, le spécialiste considère que la création de l’Agence nationale de réglementation des activités liées au chanvre indien est essentielle. "Il est important de construire le projet sur des bases solides. C’est le meilleur moyen pour ruiner le trafic et les trafiquants", conclut-il.

Par Hajar Toufik
Le 30/03/2021 à 12h04

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800