Vidéo. Journée internationale des femmes: à Laâyoune, Hanane, 21 ans, soudeuse

Le360
Le 07/03/2021 à 17h38

VidéoHanane est soudeuse à Laâyoune, un métier presque exclusivement masculin. Cette jeune femme est fière de sa profession, et prend du plaisir à accomplir son travail. Cette jeune Sahraouie est née un 8 mars, proclamé par l'ONU Journée internationale des femmes. Rencontre.

Elle s’appelle Hanane Badda et elle est née il y a 21 ans, un 8 mars. Née sous le signe de la lutte des femmes pour leurs droits, le fait d'avoir choisi d'être soudeuse, un métier exclusivement masculin, allait donc presque de soi. En plus d'y exceller, Hanane bénéficie de l’estime et de la considération de son entourage ainsi que de ses clients.

Devant Le360, Hanane confie qu’elle a appris ce métier dès son enfance, car elle a été amenée à aider sa famille, qui détient une boutique de vente de matériel métallique. "J’ai appris à préparer les produits commandés par les clients, qu’il faut retravailler pour en faire des ouvrages selon les exigences requises", déclare-t-elle. 

Rencontré à l’atelier de soudure, ce quinquagénaire, un vieux client, nous avoue son étonnement devant la qualité du travail de Hanane. "Avant, j’avais affaire à son père, puis à son grand frère, jusqu’à ce qu’elle prenne le relais. Au départ, j’avais des appréhensions, mais quand j’ai vu la qualité de son travail, j’étais pleinement satisfait. C’est la preuve que les femmes n’ont rien à envier aux hommes, dans tous les domaines."

Malgré les exigences de son travail, Hanane trouve le temps de pratiquer un sport pour se maintenir en forme. Après une séance d’exercice physique, elle retrouve son atelier, avec le bonheur d’une débutante. "Pour moi, il n’existe pas de métiers masculins et d'autres féminins, estime-t-elle. Il est tout simplement question de faire un travail honnête, qui nous permette de gagner notre vie grâce à nos propres efforts". 

Par Hamdi Yara
Le 07/03/2021 à 17h38