Mordu par un chien, un ex-ministre porte plainte contre la mairie de Tanger

Des chiens errants.
Des chiens errants. . DR

Revue de presseKiosque360. L’ancien ministre et dirigeant du PPS, Abdeslam Seddiki, a décidé de poursuivre le Conseil de la ville de Tanger après avoir été mordu par un chien errant dans la ville du Détroit. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien Al Akhbar.

Le 22/11/2022 à 07h02

En août dernier, l’ancien ministre de l’Emploi et des affaires sociales, Abdeslam Seddiki, avait écrit sur sa page Facebook que «la problématique des chiens errants devait être résolue d’urgence, puisqu’elle concerne la vie des citoyens et leur sécurité». Ironie du sort, il a annoncé ce 19 novembre, sur le même réseau social, qu’il avait été mordu par un chien errant dans la ville de Tanger.

Dans sa livraison du 22 novembre, le quotidien Al Akhbar rapporte ainsi que l’ex-ministre et dirigeant du Parti du progrès et du socialisme (PPS) a également rendu publique sa décision de porter plainte contre le Conseil de la ville de Tanger. Cette décision s’explique, selon lui, par sa volonté de «mettre fin au phénomène des chiens errants qui a causé la mort de dizaines de citoyens».

Concernant la décision de poursuivre le Conseil de la ville de Tanger, l’ancien ministre Abdeslam Seddiki s’en explique également sur sa page Facebook. «Il n’est pas raisonnable de laisser les choses en l’état alors que les artères principales de Tanger, dont le boulevard de la Corniche, sont envahies par ces animaux agressifs», écrivait-il ce 19 novembre, comme le rapporte le quotidien Al Akhbar.

Dans la même publication, le dirigeant du PPS écrit également qu’il a «pleine confiance en la justice marocaine» pour lui «rendre justice», suite «au traumatisme moral et aux dommages physiques». Il revient sur l’incident en expliquant qu’il s’était directement rendu à l’hôpital de la ville du Détroit pour recevoir les soins nécessaires, notamment le vaccin contre le tétanos.

D’après Al Akhbar, cet incident intervient quelques jours seulement après un autre similaire, dont a été victime une femme dans une plage tangéroise. Mordue elle aussi par un chien errant, elle a été contrainte de se rendre à l’hôpital local. La recrudescence du phénomène oblige en effet la ville à agir pour protéger la vie des citoyens et leur sécurité, conclut le quotidien arabophone.

Par Khalil Rachdi
Le 22/11/2022 à 07h02