Tribune. Deux ans de prison pour le viol d’une fillette: qui sommes-nous si nous acceptons?

Yasmine Chami.
Yasmine Chami.

TribuneLe verdict prononcé dans une affaire de viol à répétition, perpétré par trois adultes sur une enfant de onze ans, condamnant à 2 ans de prison les auteurs d’un crime aussi abominable, ne cesse de susciter colère et indignation au Maroc. Agrégée en philosophie, anthropologue et écrivaine de renom, Yasmine Chami joint sa voix à celles qui crient à l’injustice et appellent au nécessaire éveil des consciences. Voici sa tribune.

Le 30/03/2023 à 12h03

Deux ans de prison pour le viol d’une petite fille de onze ans, devenue de surcroît mère d’un enfant illégitime, alors même que le père, l’un des trois violeurs avérés, a été identifié à la suite d’un test ADN. Voici la manière dont on protège aujourd’hui dans notre pays une enfant abusée à plusieurs reprises, mère à douze ans condamnée à enfanter le fruit d’un rapt barbare.

Est-ce à dire que la vie d’une petite fille ne vaut pas grand-chose? Son intégrité physique et psychique encore moins? Ou que la culture du viol fait partie des représentations des juges? Ou que le corps féminin ne mérite pas protection et respect dans notre société?

Ces hommes qui font ici parodie de justice, n’ont-ils pas été enfantés par des femmes, leurs mères? N’ont-ils pas des filles, des nièces, des sœurs?

Quelle société est-ce donc que la nôtre, qui piétine ainsi les droits sacrés d’une enfant à la sécurité, à l’éducation, à la justice, à la protection? Faut-il accepter encore et encore que la loi des hommes frustes soit la nôtre? Que ce mépris de ceux qui sont vulnérables soit la face si peu cachée de notre contrat social? Que la quasi-impunité soit la réponse à la violence, la barbarie, l’injustice?

Qui sommes-nous si nous acceptons que des pédophiles ne paient pas pour leur crime, si nous tolérons qu’une enfant de douze ans porte seule le poids d’un patriarcat qui déresponsabilise les hommes de leur paternité, punit les enfants de ces pères qui se défaussent, absout les violeurs, les violents, les fossoyeurs de la dignité humaine?

Parce que oui, tant que les femmes ne seront pas respectées, protégées par les lois de notre pays, tant qu’elles ne seront pas, en tout, égales des hommes, cet écart demeurera. Tout comme perdurera cette autorisation à penser l’infériorité des femmes qui permet que de tels crimes ne soient pas punis avec une sévérité exemplaire.

Je compte sur les femmes, mais aussi sur les hommes de mon pays pour s’indigner haut et fort, afin que plus jamais des juges n’osent promouvoir par leur décision cette possibilité que le corps martyrisé, la psyché détruite d’une enfant de onze ans ne méritent pas justice.

Mais aussi pour que nous construisions ensemble une société où aucun des droits fondamentaux des femmes à l’égalité ne soit bafoué au nom de quelque croyance que ce soit ou idéologie volontairement obscurcie par des interprétations qui, toutes, favorisent la violence à l’égard des femmes en installant un écart entre les droits des hommes et les droits des femmes.

Par Yasmine Chami
Le 30/03/2023 à 12h03