Casablanca: la BNPJ élucide une nouvelle affaire de spoliation foncière

Le siège de la BNPJ.
Le siège de la BNPJ. . Adil Gadrouz

Revue de presseKiosque360. La BNPJ vient de boucler son enquête sur une nouvelle affaire de spoliation foncière portant sur plus de soixante millions de dirhams. Les inculpés ont été déférés devant la justice, mais l’examen de toutes les ramifications de cette affaire se poursuit toujours. Les détails.

Le 28/06/2021 à 19h47

Le phénomène de spoliation foncière n’est pas encore entièrement circonscrit. Une nouvelle affaire concernant un terrain de plus de 7.5 hectares vient d’éclater.

Après l’arrestation des membres de la bande, cette affaire a été confiée à la brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) qui vient de boucler son enquête. Selon le quotidien Al Massae, qui rapporte l’information dans son édition du mardi 29 juin, les protagonistes de cette affaire portant sur plus de soixante millions de dirhams ont été déférés devant la justice. Mais l’examen de toutes les ramifications de cette affaire se poursuit toujours, précisent les sources du quotidien. En effet, certaines personnes citées lors des différentes étapes de l’instruction sont toujours recherchées. C’est le cas notamment d’un auxiliaire de la justice (adoul) dont le nom a été évoqué par des accusés, au même titre qu’un célèbre homme d’affaires.

Cette affaire, poursuit le quotidien, reste liée à une autre qui fait encore l’objet d’instruction par le juge d’instruction près la Cour d’appel de Casablanca. Elle a été déclenchée suite à l’arrestation des membres d’une mafia de la spoliation foncière. Cette bande, qui était spécialisée dans la falsification des titres fonciers, a été neutralisée suite à l’arrestation de l’un de ses membres qui faisait l’objet de plusieurs mandats de recherche à l’échelle nationale depuis longtemps. Cet accusé, qui a de multiples connexions avec plusieurs promoteurs immobiliers, avait fait des dégâts dans plusieurs villes. Traqué par la police durant une longue période, cet accusé a été en fin de compte arrêté en compagnie de son épouse dans la ville de Marrakech. Aujourd’hui, il est devant le juge d’instruction près la Cour d’appel de Casablanca pour répondre des lourds chefs d’accusation qui pèsent sur lui. Cette instruction, conclut Al Massae, risque de faire tomber de nouvelles têtes. Autant dire que de nouveaux rebondissements sont en vue.

Par Mohamed Younsi
Le 28/06/2021 à 19h47