Le Polisario saisit Ban Ki-moon après les travaux d'élargissement de la route de Guerguerat

Brahim Ghali, chef du Polisario. . dr

Le tout nouveau chef du Polisario, Brahim Ghali, a adressé hier une lettre au SG de l'ONU, Ban Ki-moon, pour protester contre le lancement par le Maroc des travaux d'élargissement de la route de Guerguerat, seconde étape d'une opération destinée à sécuriser cette région.

Le 26/09/2016 à 10h05

Le chef du Polisario interpelle à nouveau l'ONU sur "les nouveaux développements dangereux" que connaît la région de Guerguerat. Dans une lettre adressée ce dimanche au SG de l'ONU, Ban Ki-moon, Brahim Ghali indique que les autorités marocaines ont entamé, vendredi 23 septembre, des travaux d'élargissement de la route reliant la région marocaine de Guerguerat au nord de la Mauritanie, un mois et demi environ après le lancement de l'opération d'asphaltage de cette route et de sécurisation de la région contre toutes sortes de trafics (armes, drogues, voitures volées, cigarettes de contrebande).

Dans cette lettre, le tout nouveau chef du Front affirme que les travaux d'élargissement de la route se sont poursuivis samedi 24 septembre, notant qu'un avion militaire des Forces royales air (FRA) survolait la région au moment du lancement de cette deuxième phase.

Pour rappel, le Front Polisario avait envoyé mi-août dernier pas moins de 32 éléments armés à la lisière de Guerguerat, à 120 mètres de la présence des forces de sécurité marocaines, dans une tentative désespérée de "stopper" les travaux de bitumage de la route. Une violation flagrante de l'accord de cessez-le-feu qui a valu au Polisario un rappel à l'ordre de la part du commandant de la Minurso, le général pakistanais, Mohamed Azzam Yayeb.

L'intervention marocaine hors du mur de défense survient sur fond de révélations faisant état de projet algéro-mauritanien visant à délocaliser une partie de la population de Tindouf vers la ville marocaine de Lagouira. Une manoeuvre qui a été mise en échec par le Maroc, qui a réussi à travers cette opération entamée le 14 août dernier à barrer la route devant Alger qui, par le biais du Polisario, tente en vain de se ménager un accès sur l'Atlantique!

Mettant à profit la "froideur" des relations maroco-mauritaniennes, Alger fait tout pour "récupérer" le président Mohamed ould Abdelaziz et l'instrumentaliser dans le cadre de ses manoeuvres délibérément hostiles aux intérêts du Maroc.

La vigilance et la rapidité avec laquelle sont intervenues les autorités marocaines ont permis de déjouer ce complot, un de plus, contre l'intégrité territoriale du royaume. Et ce ne sont pas les jérémiades du chef du polisario, pion d'Alger, qui vont faire plier le Maroc dans son combat légitime pour faire respecter ce principe sacré de son intégrité territoriale.

Par Ziad Alami
Le 26/09/2016 à 10h05